•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vieux-Québec : une « attaque préméditée », les victimes choisies au hasard

Des véhicules de police bloquent une rue à Québec.

Les victimes se sont trouvées au mauvais en droit, au mauvais moment, selon la police.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Le suspect arrêté après la série d'attaques au sabre est originaire de la Rive-Nord de Montréal et s'est rendu dans la capitale nationale « avec la visible intention de faire le plus de victimes possible », selon la police de Québec. L'homme âgé de 24 ans aurait choisi ses victimes au hasard.

Voilà les détails qui ont été dévoilés dimanche matin lors d'un point de presse des autorités. Visiblement ébranlé, le chef du Service de police de la Ville de Québec, Robert Pigeon, a relaté une nuit d'horreur dans le Vieux-Québec.

Je pense qu'il faut tirer la conclusion que c'était prémédité, a déclaré M. Pigeon. Quelqu'un qui se déguise, qui possède une arme blanche et choisit des victimes au hasard, je pense que c'était planifié. La police a également confirmé que l'arme utilisée était un katana, soit un sabre japonais.

La police de Québec pense que les motifs de l'individu étaient surtout personnels et ne seraient liés à aucun groupe radicalisé. Il s'agirait donc de gestes isolés, toujours selon le SPVQ.

Robert Pigeon

Robert Pigeon, chef de police de la Ville de Québec.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Le maire de Québec, Régis Labeaume, s'est dit consterné par les événements. J'ai la nette impression de jouer dans un vieux film, a dit le maire en référence à la tuerie de la Grande mosquée de Québec qui a fait six morts, en janvier 2017.

Sans pouvoir expliquer les causes exactes de la cavale meurtrière de samedi soir, M. Labeaume a de nouveau évoqué la santé mentale parmi les facteurs contribuant à de tels drames.

Régis Labeaume, maire de Québec

Le maire Labeaume évoque la santé mentale

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Roussel

Je sens le besoin de rappeler que ce drame ne remet pas en question le fait que cette ville est une des plus sécuritaires au monde, a-t-il déclaré. Mais il est difficile, quasi impossible de prévoir les conséquences de la folie découlant visiblement de problèmes de santé mentale.

« C'est un événement hallucinant, terrifiant, un événement qui dépasse l'entendement. »

— Une citation de  Régis Labeaume, maire de Québec

La vice-première ministre du Québec, Geneviève Guilbault, et le député fédéral de Québec, Jean-Yves Duclos, participaient également au point de presse. Tous deux ont offert leurs condoléances aux familles des victimes.

25 scènes de crime

Selon les premières informations rendues disponibles cette nuit, un premier signalement à la police a été fait vers 22 h 28 pour des agressions armées dans l'arrondissement historique. Au total, la police a repéré 25 lieux d'intérêt pour son enquête.

Un premier corps a été trouvé rapidement rue du Trésor, à proximité du Château Frontenac. La voiture du suspect a été localisée dans le même secteur. Un autre corps a également été trouvé rue des Remparts, non loin de la première scène de crime. Les deux décès, violents, ont été constatés sur place.

L'identité des victimes a été confirmée par la police de Québec dimanche après-midi. Il s'agit de François Duchesne, âgé de 56 ans, et de Suzanne Clermont, âgée de 61 ans. Les victimes habitaient toutes deux à Québec.

Cinq autres personnes ont été blessées par l'assaillant et transportées vers un centre hospitalier. Leurs vies ne sont pas en danger mais certaines présentaient des lacérations importantes.

Le suspect, Carl Girouard, a été arrêté dans le Port de Québec peu avant 1 h. C'est un agent de sécurité des installations portuaires qui a repéré l'homme et alerté la police. Le suspect est détenu et doit comparaître aujourd'hui.

Chargement de l’image

Suite à son arrestation, le suspect a été conduit au centre hospitalier en ambulance.

Photo : Radio-Canada

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !