•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Halloween : une récolte de bonbon adaptée à la pandémie à Gatineau

Parcourt que doivent franchir les enfants pour obtenir leurs bonbons.

Avant de prendre leurs bonbons à cette maison à Gatineau, les enfants devaient se désinfecter les mains.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Moins de maisons étaient décorées pour l’Halloween cette année à Gatineau. Ceux qui ont choisi de distribuer des bonbons aux tout-petits ont dû faire preuve de créativité afin de respecter les mesures sanitaires.

C’est ce qu’a fait Jessica Lambert qui a deux jeunes enfants. On a un système de brouette des enfants qu’on utilise. La cour est en pente un peu. Le plan, c’est de mettre les bonbons à l’intérieur et de le faire glisser jusqu’aux enfants pour ne pas qu’ils aient à s’approcher trop, a-t-elle expliqué.

Jessica Lambert est accompagnée de ses deux jeunes enfants et son conjoint costumés.

Jessica Lambert (à droite) accompagnée de ses deux jeunes enfants et son conjoint.

Photo : Radio-Canada / Marielle Guimond

Même si la pandémie bouleverse le quotidien de certains Gatinois, Cédric Quinard estime qu’il faut avoir le cœur à la fête à l’occasion de l’Halloween. Il faut essayer de faire des affaires le fun un peu parce que disons que le temps est un petit peu long et le mois de novembre s’en vient, a-t-il dit

Moi l’Halloween j’aime tout le temps ça. Pour la pandémie, j’ai fait ça le plus que je pouvais faire, mais en sécurité, a ajouté M. Quinard.

L’ingéniosité dont ont fait preuve ceux qui ont donné des bonbons leur a permis de se protéger contre la COVID-19 tout en célébrant le 31 octobre. On préfère appliquer des mesures un petit peu à la façon dont on va le faire pour éviter de contacter quoi que ce soit, ne pas prendre de chance, souligne Jonathan Gendron.

La ville de Maniwaki a de son côté choisi de ne pas autoriser le porte-à-porte le soir du 31 octobre même s’il est autorisé par le gouvernement du Québec.

Pas de porte-à-porte à Ottawa

À Ottawa, la santé publique a demandé aux parents de ne pas laisser leurs enfants faire du porte-à-porte pour ramasser des bonbons en raison des risques élevés de propagation de la COVID-19. Le maire d'Ottawa a aussi prié la population de ne pas traverser les ponts pour la récolte de bonbons, une directive qui semble avoir été respectée par les Ottaviens.

Pour que les tout-petits puissent quand même célébrer cette fête tant attendue, les parents ont dû faire preuve d’originalité.

On veut juste être la petite famille immédiate. On va peut-être faire une chasse [aux bonbons] dans la forêt, a expliqué Danika Gour.

La situation est tout de même décevante pour certains. C’est décevant parce que les enfants attendent cette fête chaque année, selon Nadia Baroud.

C’est dur pour les enfants, mais on essaie. […] Il y aura toujours l’an prochain, a lancé Angèle Régimbald. Plutôt que de donner des bonbons cette année, elle compte se divertir en faisant des vidéos sur l’application Tik Tok.

Pour d’autres, les restrictions liées à la pandémie les ont obligés à repenser à la façon dont on célèbre l’Halloween. C’est le cas d’Alain Nantel. Est-ce que l’Halloween c’est de ramasser des bonbons, ou bien c’est de créer une atmosphère ?

Son fils et lui ont ainsi profité de la soirée pour jouer dans leur décor devant leur maison. Ça ne change rien que tu en aies de quelqu’un ou d’un magasin, a lancé son fils, Alexandre.

Dans l’est ontarien, il était aussi déconseillé de distribuer des bonbons le soir de l’Halloween.

Avec les informations de Marielle Guimond

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !