•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Américaines résidentes de l'Est sur les dents

Donald Trump livre un discours sur scène.

À moins d’imprévus le prochain président des États-Unis sera connu mardi prochain.

Photo : AFP / MANDEL NGAN

Quel sort attend les États-Unis, à quelques jours des élections présidentielles qui opposent le président sortant Donald Trump au candidat démocrate Joe Biden? Des résidentes de l’Est-du-Québec d’origine américaine font part de leurs préoccupations.

Le sentiment d’urgence, du moins pour ceux qui ne soutiennent pas Trump, est vraiment extraordinaire, affirme en anglais Lisa Wagner, nouvelle résidente de Rimouski jointe en Caroline du Nord.

Celle qui a un pied-à-terre au Bic depuis un peu plus de deux ans note de prime abord le caractère absolument exceptionnel et éprouvant de cette élection présidentielle.

Trump a tellement été un terrible président, et comme Américaine qui n’est pas une de ces partisanes, ça a été extrêmement difficile.

Lisa Wagner, résidente du Bic originaire de Caroline du Nord
Lisa Wagner.

Lisa Wagner et son mari possèdent une maison au Bic, mais sont actuellement coincés aux États-Unis.

Photo : Radio-Canada

Dans le même sens, Lisa Ann Jungemann, qui demeure depuis près de 25 ans à Saint-Léandre, suit étroitement ce qui se passe au sud de la frontière, mais elle se dit tout simplement incapable d’écouter Trump parler dans les médias : elle se contente donc de lire les nouvelles.

Depuis quelques mois, elle sent un clivage marqué dans son pays d'origine. La campagne n'a fait qu'exacerber la polarisation des camps aux États-Unis.

C’est une triste réalité, surtout pour les gens que je connais là-bas qui ont peur. Ils avaient peur il y a quatre ans et leur peur s’est réalisée, en fait. C’est triste, c’est triste.

Lisa Ann Jungemann, résidente de Saint-Léandre originaire du Wisconsin
Lisa Ann Jungemann.

Lisa Ann Jungemann habite à Saint-Léandre, près de Matane.

Photo : Lisa Ann Jungemann

Mes amis, c’est du monde de gauche, mais il y a des gens de ma famille qui sont de droite, qui votent pour Trump, et je ne comprends aucunement leur motivation, ils ne sont pas capables de l’expliquer, dans le fond. C’est pas quelque chose de logique, c’est juste une frustration qui fait qu’on vote pour quelqu’un d’aussi frustré que nous, croit-elle.

Si la femme native du Wisconsin ne peut pas voter pour le prochain président, elle continue de suivre avec attention les développements de l’élection, notamment dans son état d’origine qui est considéré comme un état clé pour l’issue du vote.

On sait que Trump est passé par [le Wisconsin] dernièrement, parce qu’il sait que c’est un état important, c’est un petit peu le cœur, le pouls des États-Unis, illustre Mme Jungemann.

Un électeur dans un bureau de vote au Wisconsin.

Un électeur dans un bureau de vote au Wisconsin (archives).

Photo : Associated Press / Morry Gash

Le résultat de l’élection demeure, même à quelques jours du vote, loin d’être prévisible, estime-t-elle. Elle fonde toutefois beaucoup d’espoir dans cette élection. Et Lisa Ann Jungemann ne pèse pas ses mots.

Quelqu’un d’humain [au pouvoir], ce serait super. C’est pour ça qu’évidemment je choisirais Biden. Ce serait pas mon premier choix comme candidat, mais je pense que c’est une personne de bonne volonté qui est capable de travailler avec les gens, et je crois pas qu’il ait un problème d’ego comme Trump.

Lisa Wagner, de son côté, a pu voter par anticipation, soulignant qu’il était possible de déposer son bulletin dans un bureau électoral dès le début du mois d’octobre, en Caroline du Nord. Elle pense qu’environ 50 % de ses compatriotes y ont déjà voté.

Je crois que nous sommes nombreux à espérer que beaucoup de choses s'amélioreront avec cette élection.

Lisa Wagner, citoyenne américaine résidente du Bic
Donald Trump parle lors d'un débat et Joe Biden l'écoute.

À moins d’imprévus, le prochain président des États-Unis sera connu mardi prochain (archives).

Photo : Reuters

Même si bien des incertitudes sont accentuées par la pandémie, notamment quant au nombre de citoyens qui se déplaceront aux urnes mardi, Mme Wagner s’attend tout de même à une très grande participation de la part des citoyens.

Avec les informations de Patrick Bergeron

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !