•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du fentanyl possiblement en circulation à Prince Albert, prévient la police

Chargement de l’image

La police a envoyé une substance saisie dans le cadre d'une enquête à un laboratoire afin de l'identifier (archives).

Photo : iStock / Darwin Brandis

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Du fentanyl, un puissant opiacé, pourrait circuler à Prince Albert en Saskatchewan, prévient la police. Des agents ont saisi dans les dernières 48 heures une certaine quantité d’une drogue non identifiée.

La police a envoyé la substance saisie à un laboratoire pour en confirmer la nature, mais cela pourrait prendre des mois avant que les résultats ne soient obtenus, a déclaré l’inspecteur Brent McDonald lors d'une conférence de presse vendredi

Il a précisé néanmoins être à peu près certain qu'il s'agit de fentanyl.

Il est important d'alerter le public, étant donné le danger que présente ce médicament, a souligné l'inspecteur, ajoutant que la police ne suspecte pas de surdoses liées au fentanyl dans le cadre de l'enquête en cours.

C'est inquiétant. Nous avons vu ce qu'i s'est passé plus tôt cette année, notamment à Regina, a-t-il ajouté.

Le fentanyl illégal se présente généralement sous forme de poudre et peut être associé à d'autres drogues, telles que l'héroïne, la méthamphétamine ou la cocaïne. Il est inodore et extrêmement puissant.

Selon les enquêteurs, la substance saisie se présentait sous forme de petits cailloux. L’inspecteur Brent McDonald les a comparés à des bonbons Nerds, de couleur violette.

Le service de police de Prince Albert a déjà découvert du fentanyl dans le cadre d'enquêtes antérieures, mais ce genre de situation est plutôt rare, a précisé M. McDonald. Lors de ces enquêtes, d'autres types de drogues étaient généralement saisis avec le fentanyl.

L'inspecteur a appelé les résidents à se munir de kits de naloxone gratuits pour éviter les surdoses s'ils le jugent nécessaire.

Avec des informations de Nicholas Frew.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !