•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un syndicat dénonce la gestion de l’éclosion de COVID-19 de la prison de Calgary

Image aérienne du Centre correctionnel de Calgary.

L'éclosion a été déclarée le 22 octobre avec 24 cas.

Photo : Google Maps

Radio-Canada

Le syndicat qui représente les agents correctionnels et les travailleurs de la santé du Centre correctionnel de Calgary parle d’un « film d’horreur » pour décrire l'éclosion de COVID-19 au sein de l'établissement. Il affirme que les employés ont l’impression d’avoir été abandonnés par le gouvernement provincial.

C’est tout simplement un cauchemar en ce moment, résume Bobby-Joe Borodey, la vice-présidente du Syndicat des employés provinciaux de l'Alberta (AUPE). [Les employés] sont épuisés, ils ont peur et ils ont vraiment l’impression que l’éclosion n’est pas gérée correctement, dit-elle.

Vendredi, on dénombrait 104 détenus et 20 membres du personnel de la prison atteints de la COVID-19. Par ailleurs, huit prisonniers qui avaient été déclarés positifs ont été relâchés et placés en quarantaine à leur domicile. 

L'éclosion a été déclarée le 22 octobre avec 24 cas.

Selon Mme Borodey, cela ne fait qu’un mois que le personnel porte le masque et, toujours selon elle, il ne leur a été demandé de porter tous les équipements de protection individuels que jeudi seulement, alors qu’il y avait 118 cas signalés au sein de l’établissement. 

C’est malheureux que ça ait pris autant de temps pour mettre ces mesures en place, déplore-t-elle. Beaucoup de membres [du personnel] pensent que l’absence de mesures a vraiment contribué à la propagation de la COVID au sein de l'établissement.

La vice-présidente d’AUPE  affirme qu’on lui a rapporté qu’il n’y avait actuellement que deux unités de la prison sans cas de COVID-19. Toutes les autres unités ont des détenus déclarés positifs à la COVID-19. Mais en plus, ils partagent ces unités avec des prisonniers qui ne sont pas contaminés.

Bientôt un manque de personnel?

La semaine dernière, Services de santé Alberta (AHS) a demandé à tous les membres du personnel asymptomatiques, à qui l’on avait précédemment dit de s'isoler, de retourner travailler.

Tous les équipements de protection individuelle appropriés sont fournis au personnel et des mesures de prévention sont en place au sein de l'établissement, peut-on lire dans le message d’AHS adressé à ces employés. 

Encore une fois, cette approche est nécessaire pour limiter la propagation de la COVID-19 autant que possible, protéger ceux qui n’ont pas encore été exposés, tout en maintenant les activités du centre, y est-il écrit. 

Le message précise également qu’il a été demandé au personnel asymptomatique de ne pas travailler dans d'autres établissements.

Selon Mme Borodey, il n’y aura sans doute bientôt plus assez de personnel. Il va falloir faire venir des ressources extérieures pour aider, venant d’autres établissements, annonce-t-elle. 

CBC/Radio-Canada a demandé au gouvernement provincial de commenter, mais n'avait pas encore reçu de réponse au moment de rédiger cet article. 

Avec les informations de Joel Dryden

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !