•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des tombes aux morts de la COVID-19 érigées devant la maison de Brian Pallister

Une tombe en carton.

L'une des pierres tombales en carton, qui fait référence à l'éclosion mortelle qui ravage le foyer pour aînés de Winnipeg Parkview Place.

Photo : Radio-Canada / Travis Golby

Radio-Canada

Des Manitobains préoccupés par la gestion de la pandémie ont érigé une macabre installation d’Halloween devant la maison du premier ministre Brian Pallister. Ils ont installé une vingtaine de pierres tombales en carton à la mémoire de victimes de la COVID-19.

Les tombes ont été installées dans la nuit de vendredi à samedi sur le terre-plein du croissant Wellington, l’une des rues les plus huppées de Winnipeg. Elles dénoncent la gestion de la pandémie du gouvernement provincial ainsi que des compressions dans le système de santé.

Une effigie du premier ministre habillé en faucheur était plantée au milieu des tombes.

Nous avons vu, au cours des derniers jours et des dernières semaines que la situation va de mal en pis. Honnêtement, la réaction a été minimale, sinon totalement inexistante, affirme Daniel Friesen, qui a organisé la manifestation avec une dizaine de personnes.

L’étincelle qui a mis le feu aux poudres et poussé le groupe à organiser la manifestation est la forte hausse du nombre de cas de COVID-19 au Manitoba annoncée vendredi, selon M. Friesen.

Des pierres tombales dans la neige.

Les pierres tombales en carton ont été installées sur le terre-plein du croissant Wellington à Winnipeg, devant la maison du premier ministre.

Photo : Radio-Canada / Travis Golby

La province a aussi annoncé vendredi de nouvelles restrictions sanitaires pour la région métropolitaine de Winnipeg, qui passe au code rouge, pour critique, dans le système d’intervention en cas de pandémie du Manitoba.

Le premier ministre Brian Pallister n’était pas présent lors de cette conférence de presse. Daniel Friesen croit que le premier ministre doit se montrer redevable au public.

C’est un moment effrayant dans le monde en ce moment. [Cette manifestation] était un exutoire, en quelque sorte, pour notre peur au sujet de la direction dans laquelle le gouvernement pousse notre province, affirme-t-il.

C’est une manière de communiquer au premier ministre que ses actions ont des conséquences bien réelles et que les gens souffrent, poursuit-il.

Une pierre tombale en carton avec un crâne.

Une autre pierre tombale qui fait référence à l'éclosion mortelle dans le foyer de soins Heritage Lodge. Il y est indiqué « mort de #Prêts, soyez protégés et croissez », le slogan de la campagne pour redémarrer l'économie du Manitoba lancé en août.

Photo : Radio-Canada / Travis Golby

Les manifestants sont aussi préoccupés par des compressions dans le système de santé, dont la fermeture de trois services d’urgence à Winnipeg.

Un porte-parole du premier ministre a fourni une réaction écrite à la manifestation samedi après-midi.

Je respecte le droit de tout Manitobain à manifester pacifiquement et j’encourage tous ceux qui décident de le faire, d’agir de manière sécuritaire pour protéger leur santé et leur sécurité, ainsi que celle des autres, indique la déclaration du premier ministre.

Avec les informations de Rachel Bergen

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !