•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Séisme en Turquie et en Grèce : le bilan s'alourdit à 39 morts

Vue du ciel d'un bâtiment détruit par le séisme. On y voit plusieurs secouristes tenter de retrouver des survivants.

Un puissant séisme a fait au moins 39 morts en Turquie et en Grèce.

Photo : Getty Images / Burak Kara

Agence France-Presse

Les secouristes jetaient toutes leurs forces dans la bataille samedi pour retrouver des survivants dans les décombres d'immeubles effondrés, au lendemain d'un puissant séisme qui a fait au moins 37 morts dans l'ouest de la Turquie et deux en Grèce voisine.

À Bayrakli, dans la province turque d'Izmir, une grue soulevait avec mille précautions un pan de mur écroulé, autour duquel plusieurs dizaines de secouristes munis de pelles et de marteaux-piqueurs déblayaient à la lumière de projecteurs.

Toute la journée, des proches de disparus ont attendu autour de ce gigantesque mille-feuille de béton et d'acier, restes d'un immeuble d'habitation de sept étages, retenant leur souffle lorsque les secouristes en extirpaient un rescapé ou un corps sans vie, selon une correspondante de l'AFP.

Un peu plus loin, des cris se sont élevés de la foule lorsque les secouristes ont extirpé un corps sans vie d'autres décombres, l'emportant dans un sac mortuaire noir. Laissez-moi voir de qui il s'agit!, suppliait un homme sans nouvelles de ses proches.

Le séisme de magnitude 7 selon l'Institut de géophysique américain (USGS) et 6,6 par les autorités turques, s'est produit vendredi après-midi en mer Égée, au sud-ouest d'Izmir, la troisième ville de Turquie, et près de l'île grecque de Samos.

En Turquie, au moins 37 personnes sont mortes et 885 blessées, a indiqué le président Recep Tayyip Erdogan, qui s'est rendu samedi soir à Bayrakli pour constater les dégâts. Selon lui, 103 personnes ont par ailleurs été sauvées des gravats.

La secousse a été si puissante qu'elle a été ressentie jusqu'à Istanbul et Athènes et a provoqué un mini-tsunami qui a inondé les rues de Seferihisar, ville turque située près de l'épicentre, et balayé les côtes de Samos.

Un homme range une pièce dans laquelle plein d'objets sont à terre.

En Grèce aussi, le séisme a causé des dégâts.

Photo : afp via getty images / ANGELOS TZORTZINIS

De l'entraide

Face à cette catastrophe, la Turquie et la Grèce ont mis les tensions diplomatiques de côté, se disant prêtes à s'entraider. Le premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis doit se rendre samedi après-midi à Samos, où la situation est extrêmement difficile, selon la Protection civile.

Si la Grèce a déploré deux morts et neuf blessés, c'est la côte égéenne turque, densément peuplée, qui a été la plus touchée.

À Bayrakli, 17 immeubles se sont effondrés, selon les secouristes. Dans ce district d'environ 300 000 habitants, les autorités ont installé des tentes pour permettre aux familles de passer la nuit à l'abri des températures automnales. De la soupe leur a été distribuée.

Nermin Yeni, âgée de 56 ans, était chez elle en train de cuisiner lorsque la terre a tremblé. Je me suis précipitée dehors, puis je me suis effondrée, dit-elle, devant la tente dans laquelle elle a passé la nuit.

Non loin, une famille est agglutinée autour d'un brasero de fortune, brûlant papier et plastique dans un vieux baril. D'autres, moins chanceux, ont dormi dans un sac de couchage sur une pelouse, et certains dans leur voiture.

Dans le quartier, l'air était empli du fracas des marteaux-piqueurs et des pelleteuses. Parfois, les secouristes réclamaient le silence complet, dans l'espoir d'entendre d'éventuels survivants, avant de reprendre leurs recherches acharnées.

Depuis le séisme, une centaine de personnes ont été extirpées vivantes des décombres, a indiqué samedi le ministre de l'Environnement Murat Kurum.

Des secouristes s'occupent de trois hommes et une femme assis par terre, avec des couvertures sur eux.

La peur des répliques est grande : depuis le séisme principal vendredi, la terre a tremblé près de 500 fois, selon les autorités.

Photo : Getty Images / Burak Kara

Peur des répliques

De nombreux habitants, dont les habitations ont tenu le choc, ont quand même choisi de rester dehors. La peur des répliques est grande : depuis le séisme principal vendredi, la terre a tremblé près de 500 fois, selon les autorités.

Azize Akkoyun, une rescapée, a passé la nuit à regarder les secouristes tenter de se frayer un chemin dans les décombres de deux immeubles d'habitation mitoyens qui se sont écroulés.

Ces rideaux appartiennent à la famille de mon gendre, dit-elle à l'AFP, en montrant le tissu qui dépasse des ruines.

Si Dieu le veut, ils sortiront vivants, murmure-t-elle. C'est la première fois que je vis une chose pareille.

Cemalettin Enginyurt, un militaire retraité âgé de 51 ans, fait part de son désespoir. Les murs de sa maison sont craquelés et il ne sait pas si elle est encore habitable.

Nous avons décidé que la solution la plus sûre était de rester dehors. Le climat d'Izmir est tempéré, donc à court terme, ça ira. Mais après?, se demande-t-il.

Vue aérienne d'un quartier en Turquie où l'ont peut voir un bâtiment entièrement détruit.

Plus de 6000 secouristes ont été envoyés dans la région affectée par le séisme, selon la présidence turque.

Photo : afp via getty images / OZAN KOSE

Au milieu du chaos, quelques lueurs d'espoir : deux femmes ont été secourues 17 heures après la secousse, selon le gouvernement.

Plus de 6000 secouristes ont été envoyés dans la région affectée par le séisme, selon la présidence turque.

Le tremblement de terre, qui a été ressenti à Istanbul, à plus de 500 km de là, a réveillé les craintes du Big One, un séisme majeur qui guette la capitale économique du pays, selon les experts.

En 1999, un séisme de magnitude 7,4 a frappé le nord-ouest de la Turquie, faisant plus de 17 000 morts, dont un millier à Istanbul.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !