•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Montréal-Nord : l'enseignant visé par des allégations de racisme est suspendu

Auparavant, un groupe d’élèves a contacté des avocats en vue de poursuites judiciaires.

Façade d'une école secondaire.

L'École secondaire Henri-Bourassa, à Montréal-Nord.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Dans un communiqué diffusé vendredi, le Centre de services scolaire de la Pointe-de-l'île (CSSPI) a annoncé que l’enseignant visé par des allégations de racisme a été suspendu, sans préciser le moment de cette suspension ni sa durée.

Le CSSPI a indiqué que l’enseignant fait l'objet d’une enquête déclenchée par le service des ressources humaines à la suite de la diffusion de la vidéo filmée dans sa classe par un élève.

Le communiqué précise que l’enquête a été élargie à la suite des témoignages diffusés par le groupe d'élèves les Béliers solidaires.

Les Béliers solidaires sont des élèves anciens et actuels de l'École secondaire Henri-Bourassa qui ont fondé un groupe sur Facebook pour « démanteler les mécanismes d'oppression dans leur communauté ». Le groupe soutient que sa lutte est antiraciste, féministe, queer, intergénérationnelle et intersectionnelle.

Par ailleurs, la direction générale du CSSPI s’est engagée à amorcer dès maintenant l'actualisation du code d'éthique applicable à tout le personnel et de veiller à son application, tout en s’assurant, que le processus de plainte, qui comporte plusieurs paliers, soit bien connu.

Alerte lancée par d’anciens élèves

D’anciens élèves de l’école secondaire Henri-Bourassa avaient pris contact jeudi avec des avocats en vue d’éventuelles poursuites contre un enseignant. Ce dernier est accusé de proférer des commentaires racistes, xénophobes et misogynes en classe depuis plusieurs années.

Auparavant, ils avaient diffusé une vidéo sur Facebook dans laquelle ils ont rapporté les propos que Vincent Ouellette, un enseignant d’histoire, aurait tenus en classe pendant plusieurs années.

Les avocats Alain Arsenault et Virginie Dufresne, spécialisés dans les actions collectives, disent évaluer les options avec les élèves qu’ils ont rencontrés.

Les recours pourraient aller jusqu’au dépôt d’une action collective contre l’enseignant, la direction de l’école et le Centre de services scolaire de la Pointe-de-l’île.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.