•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Avec la pandémie, l'industrie du taxi se prépare à un Noël triste

Un taxi.

Les entreprises de taxis ont réduit le nombre de véhicules de leur flotte en raison de la pandémie.

Photo : Radio-Canada / ICI Radio-Canada

Radio-Canada

Alors que normalement les compagnies de taxi de Calgary font des affaires en or en novembre et décembre avec les fêtes de Noël, cette année en sera une de vache maigre en raison de la COVID-19.

Kurt Enders, le président de Checker Transportation Group, voit déjà l'impact.

Normalement, nous avons déjà des réservations pour une centaine de fêtes de Noël au cours des deux prochains mois et là, nous avons moins de cinq réservations, dit-il.

Il a réduit sa flotte de 830 véhicules à 300 depuis le début de la pandémie.

Le propriétaire d'Associated Cab, Roger Richard, a réduit de moitié sa flotte de 1200 taxis.

Les conducteurs travaillent plus d’heures, ils font de leur mieux pour compenser, mais ce n'est pas joli, dit-il.

En 42 ans d’affaires, Roger Richard dit que la pandémie est le plus grand défi auquel son entreprise a jamais été confrontée.

Les revenus ont diminué de 60 % par rapport à l'an dernier.

La seule consolation de Roger Richard est que tout le monde vit la même situation en même temps.

Nous souffrons tous ensemble, les entreprises souffrent, les chauffeurs souffrent. Avec un peu de chance, la situation redeviendra normale d'ici l'été, dit-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !