•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Montréal fêtera l’Halloween sans avoir (trop) peur de la COVID

Un adolescent porte un masque à gaz peint en gris qui masque complètement sons visage et lui donne un air de fin du monde.

Un masque qui permet de faire d'une pierre deux coups.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

La santé publique montréalaise se dit à l’aise avec la décision d’autoriser la célébration de l’Halloween dans le respect des règles sanitaires. Elle envisage même un léger déconfinement si la situation devait s’améliorer dans les prochains jours.

À l'occasion d’un point de presse au cours duquel la région de Montréal a fait état de 195 nouveaux cas confirmés de coronavirus et d'une stabilisation du nombre de personnes hospitalisées, la directrice régionale de santé publique, la Dre Mylène Drouin, a souligné que l’effort collectif a porté fruit et permis de casser la vague.

Du même souffle, elle a admis qu'elle trouve ce plateau inconfortable.

Même si la communauté scientifique ne s’entend pas sur la pertinence d’autoriser la collecte de bonbons d’Halloween, Mme Drouin est restée pragmatique.

C’est sûr que si on regarde le risque de transmission, on arrête toute activité à 100 %. Nous, on regarde aussi cela dans une perspective de mitigation des impacts collatéraux.

La Dre Mylène Drouin

Elle précise que c’est aux familles que revient la décision finale et rappelle l'importance de privilégier les activités extérieures, de respecter les deux mètres de distanciation et d’éviter les rassemblements intérieurs avec des amis.

Comme pour chaque fête d’Halloween, les équipes policières seront plus nombreuses qu’à l’habitude. Dans le cas du Service de police de l’agglomération de Longueuil (SPAL), ce sont 40 policiers de plus qui seront déployés afin d’assurer la sécurisation des rues.

Pour ce qui est de la distribution sécuritaire des bonbons aux petits monstres, soyez imaginatifs; on a vu des tuyaux de plomberie servir de passerelles, lance le porte-parole du SPAL, Ghislain Vallières, qui évoque aussi des citoyens ayant créé un système de distribution inspiré de la corde à linge.

Assouplissement en vue?

Sur le front montréalais de la COVID, alors que la situation semble être sous contrôle, la Dre Drouin a indiqué être en train d’évaluer quelles mesures pourraient être assouplies.

Il y a des établissements pour lesquels il y a des risques beaucoup plus faibles, et pour lesquels il y a des gains pour la population, a-t-elle indiqué, mentionnant le cas des bibliothèques, qui donnent notamment accès à Internet à des populations qui en sont privées.

Sans vouloir inclure les salles de sport dans leur ensemble, elle a précisé que certains sous-groupes d’activités physiques pourraient être de nouveau autorisés, si bien sûr Montréal redescendait « de façon soutenue » sous la barre des 200 cas par jour.

Et même à 200 cas par jour, je ne serai pas totalement confortable, a-t-elle confié.

Montréal comptabilise actuellement 236 foyers d’éclosion, dont un à l’école arabo-musulmane Ali Ibn Abi Talib qui est désormais fermée pour 14 jours.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !