•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Retrouvé mort dans un VUS brûlé en 2017, il avait créé un empire de pourriels

Victime d’un homicide, Davis Wolfgang Hawke était connu pour avoir répandu des idées racistes et néonazies.

Portrait de Davis Wolfgang Hawke.

Davis Wolfgang Hawke a été retrouvé mort dans un VUS brûlé à Squamish, en Colombie-Britannique, le 14 juin 2017. La police a déclaré que sa mort était un homicide.

Photo : Gracieuseté de l'IHIT

Radio-Canada

Plus de trois ans après sa mort, un homme qui a été abattu et retrouvé dans un VUS brûlé près de Squamish, en Colombie-Britannique, a été identifié comme un citoyen américain du nom de Davis Wolfgang Hawke. M. Hawke était connu pour avoir répandu des idées racistes et néonazies et pour être à l’origine d’une campagne massive de pourriels ayant conduit à un procès de 12,8 millions de dollars américains.

La police a retrouvé Davis Wolfgang Hawke mort sur la route Cheekye Forest, près de la route Sea to Sky, à l'est de Paradise Valley, vers 9 h 30 le 14 juin 2017. Des agents avaient été appelés à propos d'un GMC Yukon rouge brûlé sur le côté de la route.

Une autopsie a confirmé par la suite que l'homme avait été abattu, mais pendant des années, la Gendarmerie Royale du Canada (GRC) n'a pas pu confirmer son vrai nom.

L'équipe intégrée d'enquête sur les homicides (IHIT) savait seulement qu'il utilisait le pseudonyme Jesse James et qu'il était bien connu comme un avide grimpeur à Squamish, à une cinquantaine de kilomètres au nord de Vancouver.

Avec la confirmation par l'IHIT de son identité jeudi, des détails sur le passé de M. Hawke ont été révélés grâce au travail d'un journaliste d'enquête.

Un mode de vie risqué

L'auteur du livre Spam Kings, Brian McWilliams, a passé des années à suivre le jeune homme qui, selon lui, a pris des risques et vécu une existence nomade toute sa vie. Il voyageait souvent avec des chiens demi-loups, qui étaient la seule chose à laquelle il semblait être fidèle, selon M. McWilliams.

Cela ne me surprend pas que cet homme soit mort d'une manière peu glorieuse et peut-être violente. Il a toujours vécu à la limite, a-t-il dit.

M. McWilliams a déclaré que Davis Wolfgang Hawke, né Andrew Britt Greenbaum, avait changé de nom à plusieurs reprises et était évasif lorsque le journaliste le poursuivait pour une histoire sur son empire de pourriels.

Il a déclaré que M. Hawke et ses associés se sont vantés de gagner jusqu'à 300 000 $ par an dans le secteur du pourriel, après avoir abandonné leurs études.

Alors que l'IHIT a déclaré avoir peu d'informations sur M. Hawke, à part qu'il avait 38 ans quand il est mort et qu'il était originaire des États-Unis, M. McWilliams a rassemblé beaucoup d'informations sur ce jeune homme déroutant qui a grandi dans une banlieue aisée de Boston et était un prodige des échecs.

Un parcours déroutant

M. McWilliams, qui a interviewé M. Hawke et sa famille, a appris qu'il avait été victime d'intimidation dans son enfance parce qu'il était petit et juif et qu'il a rejeté son appartenance religieuse, a changé son nom pour Hawke et, peu de temps après, il est devenu connu des groupes antiracistes comme un néonazi.

À un moment donné, il s'est tout simplement épris de cette notion de suprématie blanche, selon M. McWilliams.

Il a gardé cette mentalité selon laquelle tout le monde lui était inférieur pour le reste de sa vie, a-t-il déclaré.

Il a organisé une marche antigouvernementale ratée à Washington, en 1999, et a fait l'objet d'écrits dans le New York Times et le magazine Rolling Stone.

Plus tard, il a utilisé ses talents pour inciter les gens à lui envoyer de l'argent et son entreprise de courrier indésirable a décollé, selon des documents judiciaires.

C'était un escroc. Il pensait qu'il pouvait convaincre n'importe qui d'acheter du Viagra à base de plantes, en écrivant simplement un courriel intelligent, et il était doué pour exploiter des internautes naïfs, selon M. McWilliams.

La cavale d’un fugitif

En 2005, la société Internet AOL a remporté un jugement de 12,8 millions de dollars américains devant un tribunal fédéral de Virginie contre M. Hawke, accusé d'avoir enfreint la loi fédérale en envoyant des quantités massives de courriels indésirables à ses clients. L'accusé ne s'est jamais présenté au procès.

Les enquêteurs pensaient que lui et ses partenaires avaient gagné plus de 600 000 $ grâce aux pourriels.

AOL a également obtenu une ordonnance du tribunal pour fouiller les terrains de deux propriétés appartenant à des proches de M. Hawke dans le Massachusetts pour récupérer une partie de la somme, car il s'était vanté d'avoir enterré de l'or et du platine dans les jardins, selon des documents du tribunal américain.

La société a finalement décidé de ne pas fouiller les propriétés, qui appartenaient à la grand-mère et aux parents de M. Hawke. La famille a déclaré qu'il n'y avait jamais eu d'argent là. Un mandat d'arrestation contre lui est resté actif.

Les avocats qui ont travaillé dans le dossier d'AOL ont déclaré jeudi qu'ils avaient pourchassé M. Hawke pendant des années et avaient appris qu'il s'était échappé des États-Unis en se faufilant à bord de chalutiers, passant du temps au Belize.

Après l'expiration des mandats d'arrestation, les recherches ont pris fin, mais M. Hawke a continué à vivre comme un fugitif et n'est jamais rentré chez lui, selon sa famille.

L'oncle de M. Hawke, Raleigh Davis, a déclaré que la mort de son neveu avait été communiquée à la famille la semaine dernière. Il a dit que personne ne l'avait vu depuis 20 ans et que la confirmation de sa mort offrait au moins la possibilité de tourner la page.

Il était vraiment intelligent et vraiment confiant à bien des égards. Je pense qu'il avait un côté vraiment peu sûr de lui, cependant, a déclaré M. Davis. C'est juste triste.

Toute personne ayant plus d'informations sur la mort de Davis Wolfgang Hawke est priée de téléphoner à l'IHIT au 1-877-551-4448 ou d'envoyer un courriel à ihitinfo@rcmp-grc.gc.ca ou d'appeler Échec au crime au 1-800-222-8477 si elle veut rester anonyme.

Avec les informations d’Yvette Brend

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !