•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Zone rouge : nombreuses réactions au Saguenay-Lac-Saint-Jean

Une vue de Saguenay avec les couleurs d'automne.

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean est maintenant une zone rouge.

Photo : Radio-Canada / Vicky Boutin

Le Saguenay-Lac-Saint-Jean passera officiellement en zone rouge lundi et les réactions n’ont pas tardé à la suite de cette annonce.

Le rehaussement du niveau d’alerte régional pousse la Ville de Saguenay à faire passer de 35 % à 50 % la proportion de ses employés qui sont en télétravail. Par ailleurs, le conseil municipal prévu la semaine prochaine aura lieu de manière virtuelle.

La mairesse Josée Néron assure que tout est en place pour maintenir les services à la population.

On travaillait sur ce dossier-là. On anticipait la situation donc on est fin prêt. [...] Au niveau de la couverture des services, tout va être assuré. Le déneigement va se faire comme à l’habitude. Si les gens ont besoin de nous contacter par téléphone, on va pouvoir nous rejoindre et on va pouvoir assurer le suivi si jamais il y a des questions , affirme Josée Néron. Elle ajoute que le resserrement des mesures était inévitable vu la hausse du nombre de cas. Elle se veut toutefois rassurante.

On a vécu une première vague, on s’est en sortis tous ensemble. On est capables de le faire une deuxième fois. C’est malheureux, on la voyait venir. Il y a une deuxième vague à travers le Québec, à travers le monde. À nous de montrer qu’on peut faire la différence.

Josée Néron, mairesse de Saguenay

De son côté, le député bloquiste de Lac-Saint-Jean a indiqué par voie de communiqué que les citoyens ne peuvent plus se présenter en personne à son bureau d’Alma. La majorité de l’équipe d’Alexis Brunelle-Duceppe sera en télétravail et assurera les services à distance.

Ce n’est pas de gaité de cœur que j’en fais l’annonce, mais dorénavant mon équipe et moi n’offrirons des services qu’à distance. Les gens doivent savoir que, quoi qu’il arrive, les services de mon bureau demeureront offerts, comme au printemps dernier. Mais, puisqu’on doit redoubler d’efforts pour battre le virus et garder nos proches en santé, nous n’avons plus d’autre choix , mentionne M. Brunelle-Duceppe.

Pour la directrice générale de la Chambre de commerce et d'industrie Saguenay-Le Fjord, le changement de couleur est une mauvaise nouvelle. Sandra Rossignol redoute les impacts économiques importants qui y seront reliés et espère que la population respectera les consignes.

Les entrepreneurs doivent faire preuve de créativité, d’ingéniosité afin de trouver des opportunités dans ce contexte difficile. [...] Ce n’est pas une bonne nouvelle pour personne, mais on doit se serrer les coudes et faire en sorte que ce passage en zone rouge soit le moins long possible et qu’on retourne en zone orange très rapidement , fait-elle valoir.

Fermeture des restaurants

Plusieurs restaurateurs se disent déçus par la situation. Ils estiment que cette décision est injuste et qu’elle aura de nombreux impacts sur leurs finances et leur personnel.

Ils croient que la fermeture des salles à manger n'est pas la solution pour limiter la propagation du coronavirus.

Des employés du restaurant au travail.

Le propriétaire du Temaki Sushi Bar est déçu de la décision du gouvernement.

Photo : Radio-Canada / Philippe L'Heureux

On n’est absolument pas vecteur de COVID. On voit que ce sont les CHSLD et les hôpitaux qui le sont. Je ne comprends pas pourquoi c’est nous autres qui payons pour encore une fois , mentionne le chef propriétaire du restaurant Temaki Sushi Bar, Michaël Tremblay.

Il a l'intention d'ouvrir son restaurant vendredi prochain en guise de protestation, et ce, malgré les nouvelles mesures.

Le chef propriétaire du Bistro D, David Rousseau, n’est pas surpris par le changement de couleur.

Je n’ai pas pris de vacances depuis le début de la vague ni mes employés. Je trouve que c’est une guerre psychologique pour trouver une solution. Je vais prendre une pause pour trouver une solution comme à la première vague , indique-t-il.

Au restaurant La Cuisine, le propriétaire, David Janelle, pense devoir mettre à pied une vingtaine de personnes. Ça fait mal au coeur , dit-il.

Salles de spectacle

À l’instar des restaurants, les salles de spectacle sont contraintes de fermer leurs portes en raison de la pandémie.

Ce sont donc 25 spectacles qui devaient avoir lieu d’ici le 23 novembre qui seront annulés dans la région.

Diffusion Saguenay avait fait l’acquisition d’équipements de désinfection et avait implanté des mesures de distanciation, mais l'organisation devra plutôt se conformer aux nouvelles mesures.

C’est une déception, en même temps, je comprends qu’on est à un point où il faut rester à la maison. C’est ce qui nous est demandé alors quand on repassera à l'orange ou à une autre couleur, ces équipements-là seront toujours en place , fait valoir la directrice programmation et marketing de Diffusion Saguenay, Claudine Bourdages.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !