•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La fin du changement d’heure, une idée en progression en Ontario

Une sculpture d'horloges à Paris.

Le changement d'heure est une tradition de plus en plus contestée en Ontario. (Photo d'archives)

Photo : Reuters / Charles Platiau

Radio-Canada

Autrefois une tradition, le changement d’heure fait maintenant partie des coutumes qui sont de plus en plus remises en question en Ontario, mais des défis restent à accomplir avant que la province ne change ses habitudes.

Dans plusieurs provinces, il faudra changer l’heure en fin de semaine pendant la nuit de samedi à dimanche. Les horloges reculent d’une heure pour passer à l’heure normale.

Au cours de la dernière année et demie, trois projets de loi privés ont été déposés à Queen’s Park par trois députés de trois partis différents dans le but de modifier cette pratique.

Le plus récent, déposé par le député d’Ottawa-Ouest-Nepean Jeremy Roberts au début du mois d’octobre, a été présenté en mettant de l’avant que l’économie pourrait gagner en conservant l’heure avancée à longueur d’année.

Jeremy Roberts répond aux questions d'un journaliste.

Jeremy Roberts, député progressiste-conservateur d'Ottawa–West-Nepean.

Photo : Radio-Canada

J'ai trouvé que l'heure avancée générera probablement plus d'activité économique, car les gens sont plus susceptibles de sortir faire leurs courses après le travail, après avoir ramassé leurs enfants à l'école.

Jeremy Roberts, député d’Ottawa-Ouest-Nepean

Dans le projet de loi de M. Roberts, une clause sort du lot : l’Ontario ne peut pas aller seul vers le changement d’heure.

Si la province décide d’adopter le projet de loi privé, il faudra que le Québec et l’État de New York décident eux aussi de mettre fin au changement d’heure.

D’autres acteurs économiques soutiennent les bienfaits d’adopter l’heure avancée, comme Danik Lafond de l'Union des cultivateurs franco-ontariens, qui rapporte un intérêt pour l’idée de ses membres cette année.

L'automne, c'est les récoltes, de longues heures de récolte, la diminution de la luminosité, l'effet de la pandémie... cette année, j'ai l'impression que ça va être une année plus dure, un automne plus dur, explique-t-il.

Heure avancée ou heure normale?

Si plusieurs demandent à ce que soit l’heure avancée qui est l’heure de l’Ontario, d’autres se rangent plutôt dans le camp de l’heure normale.

Une femme dort paisiblement sur un lit dans une chambre.

Selon Joseph de Koninck, l'heure avancée en hiver viendrait troubler le cycle du sommeil.

Photo : getty images/westend61 / Westend61

Pour Joseph de Koninck, professeur émérite à l’Université d’Ottawa qui se penche sur les questions du sommeil depuis 45 ans, l’heure normale - ou l’heure d’hiver - serait plutôt l’option à privilégier.

Au mois de décembre quand on se lève pour aller à l'école ou au travail, il fait noir, et ce n’est pas bon du tout. Ce n’est pas bon pour l'horloge biologique. On a besoin d'illumination au moment où on se réveille autant que possible, explique-t-il.

M. de Koninck dit préparer une revue de littérature pour permettre à la Société canadienne du sommeil d'émettre une recommandation officielle.

Avec les informations de Julie-Anne Lamoureux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !