•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Infirmières réaffectées au Témiscamingue « On a peur que ça puisse devenir permanent »

Des matériaux de construction sont empilés sur le terrain d'un hôpital.

Selon le CISSS-AT, entre 50 et 60 infirmières seront réaffectées à d’autres fonctions pour permettre de conserver les services essentiels pour la région (archives).

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Tanya Neveu

Les points de services et CLSC de plusieurs municipalités du Témiscamingue n’offriront plus de services en soins infirmiers en raison de la réorganisation de services du Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT).

Les usagers doivent, à compter de lundi, prendre rendez-vous à l’hôpital de Ville-Marie pour des services de santé courants et des prélèvements sanguins.

La vaccination contre l’influenza se déroulera toutefois dans les points de service où elle était prévue.

Cette réorganisation touche les municipalités de l’est du Témiscamingue ainsi que Nédélec, Notre-Dame-du-Nord et Rémigny.

Le maire de Moffet, Alexandre Binette, affirme qu’il a été avisé que ces changements sont effectifs pour une période de 3 mois.

C’est vraiment pas quelque chose d’évident pour plusieurs personnes dans nos municipalités de devoir faire 120 kilomètres, 150 kilomètres et même plus aller et retour pour une simple prise de sang, déplore-t-il.

Alexandre Binette pose devant l'entrée du bureau municipal.

Alexandre Binette, maire de Moffet (archives).

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Alexandre Binette aurait espéré qu’au moins un point de service puisse demeurer ouvert dans l’est du Témiscamingue pendant cette réorganisation.

On sait bien qu’une fermeture temporaire de 3 mois, ça a beaucoup de chance d’être prolongé pour un autre 3 mois. C’est certain qu’on a peur que ça puisse devenir permanent. Si au moins dans l’est du Témiscamingue il pouvait en rester 1 d’ouvert. Moi je serais en faveur d’en garder au moins 1 ouvert pour avoir ce type de service là, ajoute-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !