•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une quinzaine de personnes manifestent contre le projet de GNL Québec

Une quinzaine de personnes chantent avec des pancartes qui dénoncent le projet de Gazoduq et GNL Québec.

Les manifestants s'étaient réunis à la Place de la Citoyenneté et de la Coopération à Rouyn-Noranda.

Photo : Radio-Canada / Boualem Hadjouti

Une quinzaine de personnes ont manifesté vendredi à Rouyn-Noranda pour dénoncer le projet de pipeline qui doit traverser l'Abitibi et rejoindre l’usine de liquéfaction de l’entreprise GNL Québec au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Au cours du rassemblement, les participants ont chanté en chœur des chansons de leur composition pour dénoncer le projet.

La manifestation a aussi été organisée pour marquer la fin de la première semaine de présentation des mémoires sur le projet d'usine de liquéfaction de gaz naturel d’Énergie Saguenay au Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE).

Les manifestants ont écrit « Entrée interdite Gazoduq » sur un carton.

La Coalition anti-pipeline de Rouyn-Noranda a d’ailleurs présenté son mémoire lundi.

Photo : Radio-Canada / Boualem Hadjouti

La porte-parole de la Coalition anti-pipeline de Rouyn-Noranda, Gabrielle Bruneau, affirme que les membres vont maintenir la pression même si en temps de pandémie, il est plus difficile de mobiliser les gens.

C’est sûr qu’en temps de COVID, c’est moins facile, mais ça reste qu’on voit que nos militants sont là, les gens continuent à s’opposer au projet et justement il ne faut pas baisser les bras parce que c’est la COVID puis c’est plus difficile de se mobiliser, dit-elle. Il faut continuer parce qu’il faut que notre gouvernement comprenne, parce que la crise climatique c’est une crise qui est aussi importante sinon plus que la crise sanitaire qu’on vit présentement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !