•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prostitution juvénile : 5 ans de prison pour un proxénète

Le jeune homme regarde l'objectif

Joey Brant-Fournier

Photo : Radio-Canada / Facebook

Un jeune proxénète qui a initié une adolescente de 15 ans au monde de la prostitution est condamné à 5 ans de détention.

Joey Brant-Fournier avait offert sur internet les services sexuels d'une adolescente en fugue du Centre jeunesse l'Escale.

Rapidement, les clients se sont succédé pendant deux jours. Tellement, que la victime n'a même pas été en mesure d'en déterminer le nombre.

Le juge impose à Brant-Fournier la peine minimale pour l'infraction de proxénétisme, impliquant une mineure.

Défendu par l'aide juridique, le jeune homme contestait la constitutionnalité de cette peine, la jugeant cruelle et inusitée.

Peine méritée

Le juge Christian Boulet n'a pas eu à trancher cet aspect, puisqu'il estime que le proxénète mérite cinq ans de détention, en raison de la gravité de ses crimes.

Le magistrat, pourtant reconnu pour sa patience, a dû sommer Brant-Fournier de se taire pendant le prononcé de la sentence.

Entouré d'agents correctionnels du centre de détention d'où il assistait à l'audience par vidéoconférence, le jeune homme a interrompu le juge à plusieurs reprises.

Le son provenant de la prison a finalement été fermé, mais on pouvait voir à l'écran le délinquant gesticuler tout en s'adressant aux agents correctionnels.

Pornographie juvénile

Joey Brant-Fournier s'exposait à une année de prison supplémentaire pour avoir produit de la pornographie juvénile, en publiant des publicités pour vendre les services de la victime.

Ce chef d'accusation entraine une peine minimale d'une année d'emprisonnement, consécutive à toute autre sentence.

Le juge a estimé qu'additionner cette peine aurait rendu la sentence disproportionnée, et donc non constitutionnelle.

Un complice, Thomas Chênevert avait de son côté été condamné à six ans de pénitencier pour sa participation.

À la fin de l'audience, comme à son habitude, le juge Christian Boulet a souhaité bonne chance à Joey Brant-Fournier.

Ce dernier a répliqué en disant on va se revoir en appel.

Comme le jeune homme a passé une bonne partie des procédures judiciaires derrière les barreaux, il lui reste un an et huit mois à purger.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.