•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Le 1er novembre 1985, Offenbach disait adieu à son public

Gerry Boulet qui chante sur scène.

Le groupe Offenbach a donné son spectacle d'adieu au Forum de Montréal le 1er novembre 1985.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Il y a 35 ans, le groupe Offenbach donnait un ultime spectacle au Forum de Montréal. De 1972 à 1985, ce groupe a fait vibrer les amateurs de rock et de blues québécois. Retour sur le parcours de cette formation aux nombreuses mutations.

La naissance d’Offenbach

Le 13 août 1965, à l'occasion de l'Exposition régionale de Trois-Rivières, Claude Renard, de l'émission Sortie des artistes, nous présente le groupe Les Gants Blancs, de Saint-Jean d'Iberville.

Difficile de croire que la formation musicale donnera naissance plus tard au groupe Offenbach. Gérald Gerry Boulet est le claviériste du groupe, tandis que son frère, Denis Boulet, en est le batteur.

Sortie des artistes, 13 août 1965

Les Gants Blancs compteront aussi dans leurs rangs Michel Willie Lamothe (à la basse) et Jean Johnny Gravel (à la guitare) à partir de 1968.

Suivront les formations 7e Invention, Grandpa & Company, Offenbach Pop Opera et Offenbach Soap Opera, avant que les musiciens choisissent définitivement le nom d’Offenbach en 1971.

Le groupe est originalement fondé par Gerry Boulet (voix et claviers), Jean Johnny Gravel (guitare), Pierre Harel (voix et claviers), Michel Willie Lamothe (basse) et Denis Boulet (batterie).

Viendront s’y ajouter d’autres membres tels que John McGale (guitare), Breen Lebœuf (chant et basse), Roger Wezo Belval, Pierre Lavoie, Robert Harrisson et Pat Martel (batterie).

Plus tard, Pierre Harel, Roger Belval et Michel Lamothe quitteront tour à tour le groupe pour former le groupe rock Corbeau.

Le rock, le blues et la passion des mots

Offenbach occupe une place unique dans la musique populaire en Amérique du Nord.

Ses succès de rock francophone ont profondément marqué notre musique populaire.

Des voix éraillées par la cigarette et les soirées bien arrosées, sans oublier des paroles et des cris qui prennent aux tripes : telle est la vérité qui transcende les succès d’Offenbach.

Câline de blues (1972), Faut que j’me pousse (1972), La voix que j’ai (1977), Chu un rocker (1977), Mes blues passent pu dans porte (1979), Ayoye (1979) et Seulement qu’une aventure (1985) sont toutes devenues des chansons incontournables de la culture québécoise.

Le 30 novembre 1972 est enregistré le second album du groupe, Saint-Chrone de Néant, enregistré à l’oratoire Saint-Joseph. Le disque est issu de l’idée de Pierre Harel de produire une messe des morts alliant le rock aux chants liturgiques et grégoriens.

Des enregistrements vidéo de ce spectacle mythique, donné devant 3000 personnes, sont retrouvées en 1996 par Pierre Harel. Un reportage de Paul Toutant est présenté le 4 novembre 1996 au Téléjournal où, pour la première fois, des images de l’événement sont montrées à l’écran.

Téléjournal, 4 novembre 1996

La cérémonie était présidée par un prêtre rockeur engagé par le groupe Offenbach pour l’occasion. Dans le reportage, des membres du groupe Offenbach, qui effectuent un retour avec la formation Corbach, se rappellent l'événement.

Pierre Harel explique que le groupe de rockeurs s'est laissé prendre par le côté sacré de la chose, alors qu'il était prévu au départ qu'ils courent nus sur scène.

Offenbach est le premier groupe québécois à se produire au Forum de Montréal, le 3 avril 1980, devant une foule de 10 000 personnes. Au total, le groupe a réalisé 14 albums et donné des milliers de spectacles.

« C’est une musique populaire. C’est des histoires qui peuvent arriver à n’importe qui. […] On chante des choses simples, bien écrites.  »

— Une citation de  Gerry Boulet

Les membres d’Offenbach se sont entourés d’auteurs et de poètes pour composer leurs chansons rock et leurs ballades blues. Michel Rivard, Pierre Huet et Gilbert Langevin ont tous écrit pour le groupe. Offenbach a chanté du Édith Piaf, du Raymond Lévesque et du Jean Genet.

Vedettes en direct, 27 octobre 1978

Plusieurs paroles de chansons sont écrites par Pierre Harel, comme Promenade sur mars, qu’on peut entendre ici alors que le groupe participe à l’émission Vedettes en direct le 27 octobre 1978.

Le 1er novembre 1985, le groupe présente son spectacle d’adieu au Forum de Montréal; un spectacle de trois heures où Offenbach présente une rétrospective de tous ses grands succès.

En tête, 1er novembre 1985

Pour l’occasion, l’émission En tête présente un reportage sur l’histoire du groupe rock.

Le journaliste Mario Masson recueille les commentaires de plusieurs artisans du milieu artistique qui expliquent le succès du groupe.

Ce dernier opus permettra au groupe d’obtenir un autre Félix pour le Spectacle rock de l’année, le sixième de sa carrière.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.