•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Ville de Winnipeg et les Goldeyes s'entendent sur un nouveau bail au stade Shaw Park

L'entrée du parc Shaw avec le logo de l'équipe de baseball des Winnipeg Goldeyes.

Certains conseillers craignaient qu'une position ferme de la Ville sur le bail du stade Shaw Park ne chasse l'équipe des Goldeyes de Winnipeg.

Photo : Jeff Stapleton/CBC

Radio-Canada

Après cinq ans de négociations, la Ville de Winnipeg et l’équipe des Goldeyes concluent un nouveau bail de 15 ans pour le stade Shaw Park.

Un compromis a été trouvé jeudi, grâce à une proposition du conseil municipal parrainée par le conseiller municipal de Saint-Vital, Brian Mayes, ce qui a mis fin à cinq années de négociations, parfois tendues, entre la Ville et le club de baseball pour la location du parc.

Le maire Brian Bowman a fait partie de la minorité lors d'un vote de 12 contre 4 qui a vu certains membres de son propre comité exécutif choisir d'approuver le nouveau bail de 15 ans, qui débutera en 2023.

Sam Katz, propriétaire de l’équipe Goldeyes et ancien maire de Winnipeg, était ravi de voir les négociations aboutir à un accord.

Nous savons qu'à partir d'aujourd'hui les Goldeyes seront là pour 18 ans encore, et c'est le plus important pour nos fervents admirateurs et tous ceux qui travaillent avec les Goldeyes, a déclaré Sam Katz à CBC jeudi.

Le conseiller municipal de Saint-Vital, Brian Mayes, répond aux questions d'un journaliste.

Brian Mayes a présenté la proposition au conseil municipal qui a abouti à l'accord. Il craignait que, en l'absence d'accord, la Ville ne se retrouve avec un stade vide.

Photo : CBC

Brian Mayes a affirmé aux journalistes que, si l’accord n’avait pas abouti, la Ville aurait eu d’autres responsabilités coûteuses.

[Si les Goldeyes] partent, nous n’aurions plus eu à payer de taxe foncière. Mais nous aurions dû entretenir un stade vacant.

Brian Mayes, conseiller municipal de Saint-Vital

Le bail, plafonné à 15 ans, verra l'équipe payer moins que ce qui avait été proposé à l'origine. Initialement, la Ville proposait un bail de 75 000 $ pour les cinq premières années, de 85 000 $ les cinq années suivantes et de 95 000 $ pour la dernière année.

Le nouveau loyer est maintenant fixé à 25 000 $ par an pour les cinq premières années, à 50 000 $ pour les cinq années suivantes et à 75 000 $ pour les cinq années restantes.

À l’heure actuelle, l’équipe de Sam Katz paie seulement 1 $ de loyer par an pour le stade.

Les Goldeyes conserveront les revenus des stationnements adjacents appartenant à la Ville durant le bail et seront responsables de tout l'entretien et de la maintenance du parc pendant la durée du bail.

Le club de baseball bénéficiera également de rabais sur les taxes municipales et les taxes sur les divertissements pendant la durée du bail, qui représente environ 12 millions sur 15 ans.

Brian Bowman a voté contre le nouveau bail, tout comme le conseiller Matthieu Allard (Saint-Boniface), Cindy Gilroy (Daniel McIntyre) et Sherri Rollins (Fort Rouge-Fort Garry Est), et a dit aux journalistes qu'il n'avait pas été convaincu par les informations justifiant une telle subvention.

Je ne sais pas où va cet argent, a-t-il expliqué en affirmant avoir examiné la question du bail de la manière la plus objective possible.

Sam Katz, en compagnie du maire Brian Bowman, parle au micro devant des journalistes.

Sam Katz, qu'on voit avec le maire Brian Bowman, a applaudi l'accord, disant qu'il garantit que les Goldeyes seront à Winnipeg pendant les 18 prochaines années.

Photo : Trevor Brine/CBC

Sam Katz et son équipe de direction ont dû fournir à plusieurs reprises les états financiers complets et vérifiés de l'équipe et ceux de Riverside Park Management, une entité à but non lucratif créée en tant que société intermédiaire entre la Ville et les Goldeyes.

M. Katz a dû subir un examen minutieux de ses activités foncières, de ses relations financières avec le directeur général de la Ville de l'époque, Phil Sheegl, et des allégations de fraude qui ont circulé autour de la construction du bâtiment du siège social de la police.

Le gouvernement progressiste-conservateur a rejeté de nombreuses demandes de la Ville pour une enquête publique sur ces scandales.

De nombreux conseillers municipaux étaient cependant d'accord avec M. Mayes, qui craint que, sans accord, le parc ne devienne un éléphant vide du centre-ville et que la population de la ville ne perde une source de divertissement relativement peu coûteuse.

D’après les informations de Sean Kavanagh

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !