•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Avant de disparaître, les ptérosaures dominaient le ciel

Illustration montrant un Cryodrakon-boreas.

Le Cryodrakon boreas, un ptérosaure, vivait il y a 77 millions d'années.

Photo : l'Université Queen Mary de Londres/David Maas

Agence France-Presse

Avant de disparaître avec leurs cousins les dinosaures, les principales espèces de ptérosaures ailés étaient passées du stade de spécimens balourds à celui de maîtres des cieux.

Premières créatures dotées d’une colonne vertébrale à voler, les ptérosaures sont apparus au Trias supérieur, il y a plus de 200 millions d’années, et comptent parmi les plus grands animaux à s’être élevés dans les airs.

Les paléontologues continuent d’en apprendre sur ces reptiles ailés, ni dinosaures ni oiseaux, qui survolaient les T. rex, tricératops et autres créatures de la période du Crétacé supérieur.

Dans une des deux études publiées mercredi sur les ptérosaures dans la revue Nature (Nouvelle fenêtre) (en anglais), des chercheurs britanniques ont établi que ces animaux étaient au départ de piètres aviateurs. Mais les ptérosaures ont eu 150 millions d’années pour perfectionner leur maîtrise des airs, ajoute l’étude.

C’étaient des animaux incroyables, a dit à l’AFP une coauteure des travaux, Joanna Baker, de l’Université britannique de Reading, notant qu’ils pouvaient par exemple parcourir des distances phénoménales.

En perfectionnant leurs vols, les ptérosaures ont pu s’élever sur des distances de plus en plus grandes avant d’avoir à toucher le sol.

Joanna Baker

Les scientifiques ont identifié des dizaines d’espèces d’entre eux, dont les restes ont été retrouvés partout sur la planète. Des spécimens étaient à peine plus grands qu’un moineau, d’autres étaient des géants aussi hauts qu’une girafe, avec des ailes d’une envergure de celle d’un avion de combat.

Ils ont disparu de la surface de la Terre avec les dinosaures et la plupart des espèces vivantes quand une gigantesque météorite a frappé la planète il y a environ 65 millions d’années.

L’essentiel de leurs progrès en vol s’explique par l’accroissement de leur envergure, selon Joanna Baker.

Au cours des millions d’années, leurs ailes sont devenues de plus en plus grandes… et en général plus les ailes sont grandes, mieux un animal peut voler.

Joanna Baker

Leur efficacité à voler s’est accrue à terme de plus de 50 %. Avec des exceptions parmi les géants de l’ordre des ptérosaures : les azhdarchidae.

De précédentes recherches ont suggéré que ces énormes animaux passaient plus de temps au sol que leurs congénères. Les auteurs de l’étude ont trouvé que, même s’ils pouvaient voler, ils n’ont jamais amélioré leurs performances dans les airs.

Nos résultats soutiennent l’idée que ces créatures qui dominaient le ciel étaient aussi peut-être en voie de revendiquer un territoire au sol.

Joanna Baker

Dans une seconde étude publiée aussi dans Nature (Nouvelle fenêtre) (en anglais), des chercheurs des universités de Leicester et Birmingham ont analysé les rayures et fêlures microscopiques de dents fossilisées de ces prédateurs volants pour savoir ce qu’ils mangeaient et l’évolution de leur régime alimentaire.

L’étude s’est penchée sur 17 espèces de ptérosaures ayant vécu entre 208 et 94 millions d’années, et a comparé leur dentition à celle de crocodiles et varans de notre époque.

La consommation de nourritures croquantes (coquilles, os, etc.) crée des textures brutes, alors que celle de nourritures molles (poisson, chair) crée des textures plus douces.

Jordan Bestwick, auteur principal

Si les premiers ptérosaures se nourrissaient avant tout d’invertébrés, les espèces plus tardives se sont muées en mangeurs de viandes et de poissons. Ce qui est très intéressant, c'est que ce changement d’alimentation s’est accéléré autour des 150 millions d’années, au moment même où les oiseaux évoluaient, a expliqué à l’AFP le scientifique.

Des travaux supplémentaires sont nécessaires pour déterminer si cette transition était attribuable à une plus grande compétition avec les premiers oiseaux, qui selon Jordan Bestwick étaient peu doués pour le vol, de la taille moyenne d’un pigeon et probablement concentrés sur une alimentation facile à attraper, comme les insectes.

Les ptérosaures les plus grands avaient peut-être une chance de survie plus grande en se concentrant sur des proies n’intéressant pas les oiseaux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !