•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Noémi transporte des matériaux de construction pour construire sa mini-maison.

Noémi a démissionné de son emploi et quitté la ville avec son conjoint pour changer de vie.

Photo : Radio-Canada / Quentin Fabiani/François Dubuc

Radio-Canada

Démissionner. Partir à la campagne. Produire sa nourriture, vivre en petite communauté. Ces gens n'ont pas gagné à la loterie. Ils ont découvert la collapsologie.

Noémi pratiquait la physiothérapie dans un hôpital. Guillaume était designer graphique à son compte. Ils habitaient Montréal. Au fil de la dernière année, le couple a tourné le dos à une routine pourtant confortable. 

En se renseignant sur la collapsologie, un courant de pensée qui avance qu'un effondrement de la société serait proche, et à force d’éprouver un sentiment d'insatisfaction par rapport au monde du travail, Noémi et Guillaume ont décidé de passer l’action. Déménager dans le Bas-Saint-Laurent leur a permis de se rapprocher de la nature et d'envisager une nouvelle vie.

Ils ne sont pas les seuls à avoir amorcé ce type de démarche. Carbone a rencontré quelques collapsonautes des gens qui cherchent à créer des modes de vie plus résilients, basés sur l'autonomie et l'entraide.

Carbone parle d'environnement autrement pour répondre aux préoccupations citoyennes. De la vulgarisation scientifique aux enjeux qui touchent le quotidien des Canadiens, les vidéos de Carbone explorent une diversité de problématiques et de défis pour faire des choix plus éclairés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !