•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Université du Manitoba : une possible grève des professeurs inquiète les étudiants

L'Association des professeurs de l’Université du Manitoba rappelle que le personnel n’a pas eu d'augmentation salariale depuis près de cinq ans. 

La façade d'un des édifices de l'Université du Manitoba.

Entre vendredi et dimanche, les membres de l'Association des professeurs de l'Université du Manitoba pourront voter pour accepter ou rejeter le déclenchement d’une grève.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les étudiants de l'Université du Manitoba, qui suivent les cours à distance depuis le début de la pandémie, craignent une grève possible de leurs professeurs.

L'Association des professeurs de l'Université du Manitoba, qui représente environ 1200 employés, est au milieu d'un litige contractuel avec l'établissement postsecondaire au sujet des salaires. Le personnel enseignant affirme ne pas avoir reçu d'augmentation de salaire depuis près de cinq ans.

L'Université et l'Association des professeurs ont convenu, il y a environ quatre ans, que nous ne serions plus soumis à la Loi sur la viabilité des services publics du Manitoba et qu’après quatre ans de gel de salaires par le gouvernement, ce serait le moment où nous pourrions négocier des salaires équitables, indique le président de l'Association des professeurs de l'Université du Manitoba, Michael Shaw. 

Nous avons l’impression d'avoir été acculés dans un coin et nous devons organiser un vote de grève.

Michael Shaw, président de l'Association des professeurs de l'Université du Manitoba

À compter de vendredi, quelque 1200 professeurs pourront voter pour accepter ou rejeter le déclenchement d’une grève. 

La Loi sur la viabilité des services publics a été adoptée en 2017 par le gouvernement progressiste-conservateur du Manitoba. En vertu de la Loi, des médecins, des enseignants et d'autres professionnels du secteur public ne recevraient aucune augmentation salariale pendant au moins 2 ans, puis une hausse de 0,75 % et de 1 % l’année suivante.

La Loi a été invalidée par la Cour du Banc de la Reine du Manitoba en juin.

Michael Shaw précise que les membres du corps professoral ne souhaitent pas faire la grève en cette période d’incertitude causée par la pandémie de la COVID-19. 

Et pourtant, nos préoccupations sont légitimes, dit-il. Nous avons donc proposé à l'Université du Manitoba un processus d'arbitrage exécutoire.

Ce sera la première fois que les membres de l'Association voteront par voie électronique, en raison de la pandémie. Des bureaux de vote électroniques seront ouverts de vendredi à dimanche soir.

La direction de l'Université du Manitoba a indiqué qu’elle ne commentera pas pour le moment le vote de grève. Elle a dit qu’elle s’adressera directement à la communauté universitaire avant toute déclaration publique.

La dernière grève des professeurs de l’Université du Manitoba a eu lieu en 2016 et a duré environ trois semaines. À l'époque, le conflit de travail portait sur les salaires, la sécurité de l'emploi et la protection de la charge de travail.

Une inquiétude de plus pour les étudiants 

Bien que le syndicat représentant les étudiants de l'Université du Manitoba affirme soutenir le personnel enseignant, il dit, que pour le moment, une grève n'est pas souhaitée de la part des étudiants. 

Si l’Association des professeurs de l’Université du Manitoba décide de débrayer, cela ajoutera un stress important aux étudiants qui tiennent à peine le coup en ce moment, affirme la présidente de l’Association des étudiants de l'Université du Manitoba, Jelynn Dela Cruz.

L’incertitude du déclenchement d'une grève en ce moment n'est que l'un des nombreux exemples de la manière dont les étudiants sont directement touchés par les compressions successives d'année en année. Beaucoup des tensions que nous ressentons ne font qu'ajouter à l'incertitude que nous vivons , ajoute-t-elle.

Selon Jelynn Dela Cruz, un sondage effectué en septembre auprès de la population étudiante a révélé qu'un grand nombre d’étudiants se sentent davantage isolés pendant l’apprentissage en ligne. Certains ont également affirmé que leur santé mentale s'était détériorée depuis le début de la pandémie.

L'Association des professeurs espère qu’une grève pourra être évitée par un arbitrage exécutoire.

C'est la meilleure façon de régler le litige, croit Michael Shaw. Nous présentons notre point de vue, l'Université présente le sien et il n'y a pas d'arrêt de travail.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !