•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'analyse des eaux usées d'Ottawa indique que la COVID-19 plafonne

Une femme masquée ajuste des échantillons liquides.

Denina Simmons, professeure adjointe à l'Université Ontario Tech d'Oshawa, fait partie de l'équipe de chercheurs d'un projet de surveillance des eaux usées à la recherche de signes de la COVID-19 en tant que système d'alerte précoce potentiel de la présence du coronavirus.

Photo : Radio-Canada / Mike Crawley

Radio-Canada

Les scientifiques, qui mesurent les niveaux de la COVID-19 dans les eaux usées d'Ottawa, affirment que les données suggèrent que la récente flambée de nouvelles infections dans la ville pourrait ralentir, voire plafonner.

Tyson Graber, chercheur associé à l'Institut de recherche du CHEO et co-chercheur principal du projet de surveillance des eaux usées, affirme que le niveau de matériel génétique du SRAS-CoV-2 se stabilise dans les échantillons locaux.

La bonne nouvelle de la semaine dernière a été que nous avons peut-être atteint un pic dans les données sur les eaux usées et aussi les données cliniques, et cela semble plafonner, a déclaré le M. Graber jeudi. Nous aimerions analyser quelques jours de plus avant de pouvoir le dire avec certitude.

Mardi, la médecin hygiéniste d'Ottawa, la Dre Vera Etches, a fait une analyse similaire.

Les eaux usées montrent que nous avons atteint un pic, je dirais, il y a environ deux semaines. À partir d'octobre, nous avons commencé à voir une forte augmentation du niveau de COVID-19 qui apparaissaient dans les eaux usées, puis il y a environ deux semaines, cela a commencé à baisser, et puis remonter un peu à nouveau , a-t-elle dit.

Les eaux usées montrent que nous nous stabilisons peut-être à un niveau supérieur. Nous devrons continuer à surveiller la tendance.

La Dre Etches au centre-ville.

La médecin hygiéniste de Santé publique Ottawa, la Dre Vera Etches croit aussi que le niveau de COVID-19 se stabilise.

Photo : Radio-Canada

Bien que la Dre Etches ait pris soin de dire que les niveaux des eaux usées ne sont pas aussi bas que Santé publique Ottawa (SPO) le souhaiterait, cette idée de ralentissement de la COVID-19 est là, dit-elle.

La science s'améliore à une vitesse vertigineuse

Lorsqu’Ottawa a commencé à prélever des échantillons d'eaux usées, la Ville était l'une des rares au monde à faire cette recherche, a déclaré M. Graber.

Maintenant, l'échantillonnage des eaux usées a explosé, a-t-il dit, d'autant plus que des villes comme Ottawa ont montré que les données sur les eaux usées étaient corrélées aux cas signalés par des prélèvements nasaux. À mesure que de plus en plus de scientifiques sont impliqués, les techniques sont affinées en temps réel, croit M. Graber.

La Ville d'Ottawa utilise maintenant des accès à la plomberie souterraine pour extraire six échantillons chaque jour, à quatre heures d'intervalle. Les échantillons sont ensuite transportés dans un laboratoire de l'Université d'Ottawa et analysés. 

L'équipe du CHEO utilise la présence d'un virus inoffensif que la plupart d'entre nous libèrent dans nos selles, pour aider à normaliser la quantité de COVID-19 rapportée dans ces résultats.

M. Graber mesure également la quantité de protéine SRAS-CoV-2 dans les eaux usées, ce que personne d'autre ne fait pour le moment selon lui. Comme la protéine est plus stable, il y en a plus, ce qui ajoute à la précision de l'analyse, a-t-il déclaré.

Pourtant, M. Graber est de plus en plus convaincu que la technique s'avérera être un héritage de la pandémie.

Le pouvoir des analyses des eaux usées est que nous sondons en fait toute la population d'Ottawa. Ce n'est pas une hyperbole, a-t-il déclaré.

C'était très, très excitant pour moi, et je pense pour tout le monde dans l'équipe, de voir que cela fonctionne vraiment comme il se doit, comme nous nous y attendions, mais c'est aussi très puissant et un nouvel outil.

Avec les informations de Laura Glowacki

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !