•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une fête d’Halloween qui s’annonce tranquille

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Gros plan sur un humain déguisé en monstre. Le visage en question est couvert de faux sang.

Un homme déguisé en monstre

Photo : Reuters / Ina Fassbender

Radio-Canada

À quelques jours de l’Halloween, les locaux de Confection Imagine sont bien tranquilles. Habituellement, à cette période de l’année, la propriétaire n’arrête pas une seconde. Les gens vont et viennent pour lui louer un costume.

Cette année, Louise Simard n’a eu aucune réservation. C’est la première fois en 35 ans que ça lui arrive.

À l'Halloween, il y a une effervescence dans la maison. Il y a quelque chose qui se passe. Il y a beaucoup de monde qui vient. C'est des beaux moments, mais cette année il n’y en a pas. Il me manque quelque chose dans ma vie , dit-elle.

Le scénario est similaire dans les pharmacies Jean Coutu de Jonquière. Les costumes, les accessoires et le maquillage demeurent sur les tablettes.

Les ventes sont au ralenti, c'est sûr. On s'en doutait bien que les ventes allaient être au ralenti. Jusqu'à présent, c'est à peu près la moitié des ventes de l'année passée.

Dominick Béland, administrateur, Jean Coutu Jonquière

C’est aussi le même son de cloche dans les Boutiques Première où les ventes ont diminué de 30 % à 50 % dans les commerces de Saguenay et d’Alma.

On atteint les objectifs qu'on avait figurés. On sait très bien que ça ne peut pas être comme l'année passée , indique la propriétaire, Annie Archambault.

Ventes de bonbons en hausse

Pour les commerçants, il ne fait aucun doute que la pandémie est à l’origine du ralentissement des ventes et des locations de costumes et d’accessoires. Par contre, ils constatent que les ventes de friandises sont en hausse.

Les gens viennent et ils achètent tout ce qu'ils voient sur la table , affirme Annie Archambault des Boutiques Première.

On peut donc penser que si la majorité des fêtes ont été annulées, la consommation de bonbons, elle, se maintient comme à l'habitude.

D’après le reportage de Johanie Bilodeau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !