•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Surcharge de travail : des enseignants du Cégep de l'Outaouais manifestent

Un homme manifeste avec une affiche en main.

Les enseignants du Cégep de l'Outaouais demandent des ressources de personnel supplémentaires.

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Radio-Canada

Une vingtaine d'enseignants se sont rassemblés vendredi devant le campus Félix-Leclerc du Cégep de l’Outaouais pour faire part de leur désarroi en raison de leurs conditions de travail pendant la pandémie de COVID-19.

Ce rassemblement est à l'initiative du Syndicat des enseignantes et des enseignants du Cégep de l’Outaouais (SEECO) qui souligne la surcharge de travail de ces derniers entraînée par l’adaptation de leur cours à l’enseignement hybride et à distance ainsi que par les besoins extraordinaires des étudiants en termes d’encadrement, dans un communiqué.

Les enseignants viendront aussi soutenir leurs porte-paroles de la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN) qui, au même moment, revendiqueront en leur nom des ressources enseignantes substantielles pour que la tâche de la session d’hiver ne soit pas à l’image de celle qu’elles et ils sont en train de vivre.

Depuis la pandémie notre enseignement, notre travail a énormément changé. La grosse majorité des professeurs enseigne à distance. Tout est plus long à faire, comme on est à la maison on vit beaucoup d’isolement.

Christian Bernier, président du SEECO
L'homme tient deux affiches dans ses mains.

Christian Bernier, président du Syndicat des enseignants du Cégep de l'Outaouais.

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Ça prend plus de temps, ça alourdit la tâche et il y a aucune compensation, ni financière, ni dans l'allégement de la tâche pour compenser ces changements-là, ajoute M. Bernier en entrevue à Radio-Canada. Ce qu’on demande, c'est au ministère de l'Enseignement d’injecter des ressources de la hauteur de 20 %, ce qui correspond à l’alourdissement de nos tâches.

Selon les résultats d'un sondage interne du syndicat SEECO, 74 % des répondants ont mentionné vivre du stress et 29 % des problèmes de santé.

Des affiches sur le sol près d'un groupe de manifestants.

Des enseignants du Cegep de l'Outaouais manifestent contre la surcharge de travail.

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

On a plus d'enseignants en congé de maladie qu'habituellement déjà, ajoute M. Bernier. Est ce que ces profs-là vont se rendre à Noël? Vont-ils réussir à finir la session? On le constate avec les étudiants aussi, c’est difficile pour eux autres, on le voit. Il faut faire quelque chose.

Les enseignants demandent un allégement de 20% de leurs tâches pour compenser la surcharge de travail.

La direction du Cégep de l'Outaouais n'a pas voulu commenter.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !