•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le sort du navire Apollo n'est finalement pas scellé

Le traversier Apollo, endommagé, au quai de Matane alors qu'on voit un panneau d'arrêt en avant-plan.

Le navire devait être démantelé à Dalhousie, au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada / Michel-Félix Tremblay

Radio-Canada

Un entrepreneur gaspésien comptait démanteler l'Apollo au port de Dalhousie, au Nouveau-Brunswick. Or, ni le maire de Dalhousie ni ses autorités portuaires ne veulent du navire.

Selon le maire de Dalhousie, Normand Pelletier, l’acquéreur de l’Apollo, René Renault, n’aurait pas fait ses devoirs.

M. René Renault n'a fait aucun business plan sur le point de vue de démanteler des bateaux, avance-t-il. Il n'est pas équipé, il n’a pas de licence, il n'a aucun permis sur quoi que ce soit.

La compagnie de l’entrepreneur gaspésien, Dalhousie Marine Recyclers NB, devait faire remorquer l’Apollo depuis Québec à Dalhousie, pour le démanteler.

Le précédent propriétaire du navire, la Société Apollo de Godbout, comptait le transformer en récif artificiel, mais face aux trop nombreux obstacles, s’en est départi au prix symbolique d’un dollar, prix auquel l’entreprise l’avait acheté à la Société des traversiers du Québec à l’automne 2019.

Le président de l’entreprise et maire de Godbout, Jean-Yves Bouffard, est clair : le sort du bateau n’est plus entre ses mains.

Nous autres, les papiers légaux ont été signés, affirme-t-il. C'était rendu à Transports Canada, et le bateau, techniquement, ne nous appartient plus. Il appartient à M. Renaud.

Selon lui, tout a été fait de bonne foi et légalement.

Le navire est présentement accosté au quai de la compagnie maritime Groupe Océan, à Québec. Selon la Société Apollo de Godbout, garder le bateau à quai coûte un demi-million de dollars par année, soit 30 000 $ par mois, puisqu’il faut chauffer le navire pour éviter qu’il ne coule.

L'Apollo avait été acheté en catastrophe par la STQ pour remplacer le F.-A.-Gauthier et mis au rencart après 17 jours de navigation.

Radio-Canada a tenté de joindre René Renault, sans succès.

Avec les informations d'Alexandre Courtemanche

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !