•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aucune donnée piratée et pas de rançon payée, dit la STM

Une cabine de vente fermée dans le métro de Montréal.

Le site Internet de la STM est inaccessible depuis le 19 octobre.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

La Société de transport de Montréal (STM), qui fait face depuis 10 jours à une attaque informatique de type rançongiciel, affirme avoir récupéré 77 % des serveurs sensibles et précise qu’aucune donnée n’a été volée.

Dans un communiqué, la STM écrit que les services bus et métro n’ont jamais été affectés par l’attaque et que, depuis le 25 octobre dernier, le système de réservation des déplacements du transport adapté a été restauré. De plus, les 11 000 employés ont reçu leur paie de manière presque normale et les fournisseurs de la STM sont payés.

La STM précise que 1000 de ses 1600 serveurs ont été ciblés par l’attaque. De ce nombre, 624 sont des serveurs sensibles d’un point de vue opérationnel et 77 % de ceux-ci sont rétablis grâce au travail hors pair des équipes TI (Technologies de l'information).

On apprend par ailleurs que le pirate informatique a exigé une rançon de 2,8 millions de dollars américains, mais la STM maintient sa décision de ne pas donner suite à cette demande.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !