•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le projet de chemin de fer Dolbeau-Mistassini–Baie-Comeau sur les rails

Dessin d'un train en marche dans une forêt.

Qc Rail est une société en commandite formée par Innovation et Développement Manicouagan et la Société du Plan Nord.

Photo : QcRail

Le projet de chemin de fer pour relier Dolbeau-Mistassini, au Saguenay–Lac-Saint-Jean, et le port en eaux profondes de Baie-Comeau évoluait sous le radar depuis quelque temps. Une étape importante vient d’être franchie : la firme Systra a été récemment choisie comme gestionnaire du projet afin de mener une étude de faisabilité.

L’idée, pour le moins ambitieuse, suscite à la fois espoir et inquiétude. Le tracé de 370 kilomètres, estimé à 1,6 milliard de dollars, permettrait de relier le port de Baie-Comeau au réseau ferroviaire nord-américain et de desservir l’Ouest canadien. Si l’objectif est de transporter de la marchandise en vrac – du grain, par exemple – pour des fins d’exportation, du pétrole pourrait aussi très bien y circuler; une possibilité qui préoccupe le groupe écologiste Greenpeace.

Systra, un groupe mondial d’ingénierie spécialisé dans les transports, a été mandaté pour évaluer la rentabilité du rail en excluant les hydrocarbures et le charbon. Si le dossier n’est pas rentable, on n’ira pas là-dedans, explique le préfet de la municipalité régionale de comté (MRC) de Manicouagan, Marcel Furlong, qui est président du conseil d’administration de Qc Rail, l'initiative locale à l'origine du projet. Maintenant, on ne peut pas garantir que le futur promoteur, lui, n’acceptera pas de transporter du pétrole.

Étude en deux phases

Une première phase de l’étude se penchera donc sur la pertinence du projet, la structure financière, les coûts d’immobilisation et un corridor de passage à envisager. Il est loin d’être évident de trouver un tracé idéal, indique M. Furlong. Il y a beaucoup de contraintes à considérer.

En effet, le territoire visé est en grande partie contrôlé par Québec et des MRC. Les terres ancestrales des communautés innues de Pessamit et de Mashteuiatsh s’y trouvent également. Il faut respecter leurs exigences, soutient M. Furlong. Deux sièges ont d’ailleurs été réservés aux Premières Nations au conseil d’administration de Qc Rail. Pessamit a déjà son représentant, Christian Rock, tandis que Mashteuiatsh répond qu’aucune décision n’a été prise à ce stade-ci.

La seconde phase sera d’établir un tracé optimal qui fera l’affaire de tout le monde.

Les gouvernements fédéral et provincial financent à parts égales cette étude, pour laquelle 15 millions de dollars ont été réservés. Les conclusions sont attendues d’ici deux à trois ans.

Carte indiquant le tracé.

Tracé approximatif du chemin de fer envisagé par Qc Rail

Photo : Radio-Canada

Réaliste?

Qc Rail veut, aux dires de Marcel Furlong, contrecarrer la fermeture de la Voie maritime entre Montréal et le lac Érié l’hiver, et accaparer une partie de l’augmentation du trafic ferroviaire à venir. Selon le gouvernement canadien, les échanges commerciaux avec l’Union européenne se sont accrus de près de 28 % depuis 2015, pour atteindre 125,7 milliards de dollars l’année dernière.

Nous, on croit que c’est réaliste avec le nouveau traité de libre-échange avec l’Europe, et Ottawa qui veut d’autres sorties pour ses ressources naturelles que les États-Unis.

Marcel Furlong, président, conseil d’administration de Qc Rail

Le géant canadien de l’agriculture Cargill, le producteur d’aluminium Alcoa et Produits forestiers Résolu, déjà tous établis à Baie-Comeau, appuient le projet. Il s’agit d’une initiative qui contribue aux efforts pour désenclaver la région, affirme le chef des communications d’Alcoa, Dominic Martin. En ce sens, l’étude d’options pour le transport de marchandises est pertinente.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !