•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hausse des titres de transport de 1 % à la STO, sauf pour les usagers à faible revenu

Un autobus de la STO

Un autobus de la STO (archives).

Photo : CBC Ottawa - Francis Ferland

Radio-Canada

La Société de transport de l'Outaouais (STO) a annoncé jeudi qu'elle augmentera ses titres de transport de 1 % en 2021, sauf pour ses usagers ayant de faibles revenus.

Il s’agit-là d’une décision à la fois raisonnable et responsable afin de limiter l’impact, à la fois, sur le portefeuille de la clientèle et sur celui de l’ensemble des contribuables gatinois. Rappelons qu’un gel des tarifs, dans un contexte d’achalandage réduit, aurait eu pour effet d’augmenter le fardeau de la Ville qui doit assumer la balance des pertes de revenus, a fait savoir la présidente de la STO, Myriam Nadeau, par voie de communiqué.

Par ailleurs, la société de transport a décidé de diversifier son offre en ajoutant le nouveau titre de 7 jours illimités.

La STO mène de front d'autres projets dont l'arrivée de 25 nouveaux autobus réguliers hybrides en 2021 et le prolongement du Rapibus jusqu’au boulevard Lorrain.

Un budget équilibré malgré la pandémie

Le conseil d'administration de la STO a adopté jeudi un budget équilibré de 157 M$ pour l’année 2021, et ce grâce à l’appui financier du gouvernement du Québec et à l’augmentation de la contribution municipale de 3 M$.

Ce qu’on va être en mesure de faire avec le budget équilibré et grâce aux enveloppes d’aide, on maintient l’offre actuelle pour la période hivernale donc de janvier à mars, avec la capacité de faire de la bonification au besoin, selon la façon dont le réseau peut se comporter, a expliqué Mme Nadeau, lors de la réunion du conseil d'administration de la société.

En cours de l'année 2020, on va capable de ramener le service à 100 % de ce qu’il était en 2019, donc ça c’est aussi une bonne nouvelle pour nos employés qui avaient aussi été temporairement mis à pied cet été.

Myriam Nadeau, présidente de la STO

L'aide du gouvernement se fait par l'entremise du Programme d'aide d'urgence au transport collectif des personnes qui, dans sa deuxième mouture, a été bonifié et ne se limite plus la contribution des villes.

Selon le directeur général de la STO, Marc Rousseau, ce programme d'une durée de trois ans a pour objectif de garantir le maintien de l’offre de service en transports en commun et de s’assurer de pouvoir contribuer à la relance économique du Québec.

Ça nous a permis d’économiser 11 millions de dollars cette année a précisé M. Rousseau. La perte de revenus cette année pour la STO est évaluée à 25 millions de dollars. C’est sûr que c’est compensé par les réductions de dépenses et le programme d’aide.

Rappelons qu'en avril, la STO a dû réduire son service de moitié en raison d'une forte baisse de l'achalandage liée à la pandémie de COVID-19. Du 12 mars au mois d'avril, la société avait connu une baisse d’achalandage d’environ 85 %. Il est toutefois reparti à la hausse depuis cet été.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !