•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les revenus générés par la mine du Lac Bloom explosent

Quatre camions à benne basculante stationnés à la mine du Lac Bloom, près de Fermont.

Les opérations de la mine du Lac Bloom ont repris en 2018 (archives).

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Félix Lebel

La compagnie minière Champion Iron et sa filiale Minerai de fer Québec (MFQ), qui dirige la mine du Lac Bloom près de Fermont, a enregistré des revenus de 311 millions de dollars dans les trois derniers mois d’opération, soit près du double en comparaison à la même période l’année dernière.

Au total, c’est 2 063 400 tonnes de concentré de minerai de fer qui ont été expédiées par bateau à partir de Sept-Îles vers les marchés internationaux, indique la compagnie sur son site Internet.

Minerai de fer Québec compte parmi ses marchés d’exportation la Chine, le Japon, l’Union européenne, la Corée du Sud et des pays du Moyen-Orient.

Des chiffres encourageants

Des profits de 112 millions de dollars ont pu être générés dans le dernier trimestre grâce à un prix moyen de 125,6 $ US la tonne de minerai de fer. Ce prix témoigne de l'engouement du minerai de fer québécois sur les marchés internationaux, selon la compagnie.

Avec la rentabilité au rendez-vous, MFQ continue d'investir dans l’augmentation de sa production annuelle.

Au terme de la phase 2 d’expansion de la mine du Lac Bloom, la compagnie souhaite doubler sa production annuelle pour qu’elle atteigne jusqu’à 16 millions de tonnes de minerai de fer.

Les premiers trains de minerai de fer en provenance de la mine du lac Bloom.

Le minerai de fer est acheminé par train vers le port de Sept-Îles (archives).

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Pour y arriver, MFQ devrait toutefois agrandir son parc de résidu minier, pour stocker les déchets rejetés dans le processus d'extraction du minerai de fer. Cet agrandissement causerait la destruction d’au moins 75 hectares de milieux humides et de huit lacs, dont le plus gros a une superficie de 88 hectares.

La phase 2 sous la loupe du BAPE

Dans sa forme initiale, le projet d’expansion de la mine du Lac Bloom est fortement critiqué par certains organismes environnementaux. Ceux-ci préconisent le remblaiement complet des fosses à ciel ouvert, plutôt que de disposer des déchets miniers dans les huit lacs en question.

Le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE), qui a pour mandat de se pencher sur l’impact de l'expansion de la mine du Lac Bloom, a amorcé son travail le 19 octobre dernier.

Le rapport contenant les recommandations devrait être remis au ministre de l’Environnement Benoit Charette en février prochain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !