•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Projet Montréal a perdu plus de la moitié de ses membres depuis 2017

Après avoir compté sur plus de 5000 militants inscrits avant l'élection de la mairesse, le parti en a aujourd’hui 2177.

Des partisans de Valérie Plante rassemblés au Corona à Montréal

Les partisans de Valérie Plante, lors de sa victoire en 2017.

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Alain Loiselle s’est engagé corps et âme dans la campagne de 2017, passant des soirées au téléphone à convaincre les électeurs de soutenir Valérie Plante. « C’était notre Barack Obama », raconte-t-il. Mais depuis deux ans, il ne s’implique plus du tout et n’est plus membre du parti.

Comme lui, près de 3000 membres ont quitté Projet Montréal depuis le début du mandat.

Quelques mois après l’élection, ils nous ont mis une hausse de taxes de fou. Je l’ai eu dans la gueule, reprend M. Loiselle. Ça a été un événement assez décisif. Je n’y croyais plus à Valérie Plante. Je me suis rendu compte que la politique, ça reste la politique, peu importe le parti.

Quelques semaines avant l’élection de Valérie Plante, le parti fondé en 2004 avait le vent dans les voiles et les inscriptions s'enchaînaient, au point d’atteindre les 4000 membres en juin 2017, puis la barre des 5000 en août de la même année. Mais la tendance s'est inversée.

Comme expliquer cette baisse? Le membrariat est toujours cyclique, indique Julien Acosta, porte-parole de Projet Montréal, en évoquant les baisses inévitables entre deux scrutins. Selon lui, il faudra attendre les prochaines investitures pour avoir une forte augmentation du nombre d’adhésions.

Par ailleurs, la pandémie ferait également mal.

L’impossibilité d’organiser des événements, et donc l’absence de contacts humains qu’ils amènent, a passablement affecté le recrutement.

Julien Acosta, porte-parole de Projet Montréal

À mesure que les choses se replaceront de ce côté et que les activités du parti s’intensifieront au courant de l’année électorale qui s’amorce, nous n’avons aucun doute que le cycle repartira à la hausse, ajoute Julien Acosta.

Malgré un nombre de membres en baisse, Projet Montréal peut cependant compter sur des coffres bien remplis.

L’an passé, le parti a terminé l'exercice financier avec une excédent de 168 000 $, pour un total de 403 000 $ disponibles. En 2019, Projet Montréal a d’ailleurs atteint un record de dons, avec plus de 184 000 $ amassés.

L'opposition Ensemble Montréal refuse de dévoiler son nombre de membres

Le parti formant l’opposition officielle à l’hôtel de ville Ensemble Montréal a refusé de nous envoyer ses données.

Nous ne dévoilons jamais d’informations concernant notre membership. Ces renseignements sont protégés afin de s’assurer de respecter la confidentialité de tous nos membres, explique Thomas W. Marchand, porte-parole du parti.

L’ex-parti de Denis Coderre est aussi loin d’avoir la même santé financière que Projet Montréal, avec un déficit de près de 400 000 $ à la fin de l’année 2019.

Des membres inquiets de la situation à Projet Montréal

Robin St-Amand est un nouveau membre de Projet Montréal. À 31 ans, cet urbaniste de formation, qui travaille désormais dans le domaine du cinéma, a décidé de rejoindre le parti au pouvoir au cours des derniers mois, après avoir suivi son évolution depuis une dizaine d’années.

Je ne suis pas un pur et dur, précise-t-il. Je veux voter pour un parti qui pousse pour le transport actif et l’environnement.

Ce résident de Rosemont a découvert certains tiraillements en interne en lisant, jeudi, l’enquête de Radio-Canada au sujet des vives tensions à l'intérieur du parti.

Est-il déçu? Certainement, reconnaît-il. On sent qu’il y a peut-être des calculs politiques pour écarter des sujets radicaux.

Selon lui, il faudrait des phases 2 et 3 du Réseau express vélo (REV). Il évoque l'autoroute cyclable sur la rue Saint-Denis, qui va voir le jour dans les prochains jours, malgré de vives critiques cet été.

Est-ce qu’on veut 50 % de ce qu’on souhaite ou 0 %? Si Ensemble Montréal ou Denis Coderre est élu, je n’ai pas l’impression qu’on ira dans la bonne direction.

Robin St-Amand, un militant de Projet Montréal

Alain Loiselle, lui, n'a pas été convaincu par le déploiement du REV. Il est pourtant un cycliste passionné. J’ai l’impression que la mairesse s’est entêtée, dit-il. Je pense qu’elle a arrêté de nous faire rêver.

Selon un sondage commandé par Radio-Canada, 41 % des Montréalais estiment très ou assez probable qu’il voteront pour Valérie Plante aux élections de l’an prochain. En revanche, 47 % des citoyens ayant voté pour la mairesse en 2017 jugent peu ou pas probable de lui accorder de nouveau leur confiance.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !