•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hausse du nombre d’appels à la police pour des troubles de santé mentale à l’Î.-P.-É

Une voiture de police de la ville de Charlottetown.

Plusieurs facteurs collaboreraient à la croissance du nombre d'appels, selon les corps policiers de la province.

Photo : Radio-Canada / Tony Davis

Radio-Canada

Le nombre d’appels faits à la police pour des problèmes de santé mentale a augmenté en flèche à l’Île-du-Prince-Édouard, entre 2017 et 2019.

Les chiffres ont presque doublé dans la capitale provinciale. La police de Charlottetown a traité, l’an dernier, 741 cas dont les problèmes de santé mentale étaient à l’origine des appels, alors qu’en 2017, le chiffre a atteint la barre des 453 appels.

Les menaces et les tentatives de suicide signalées au 911 ont également doublé dans la période. Le nombre est passé de 130 appels, en 2017, à 246 appels, en 2019.

Brad MacConnell en entrevue dans les bureaux du service policier municipal

Pour Brad McConnell, chef adjoint de la police de Charlottetown, la croissance du nombre d'appels au sujet des troubles de santé mentale est une tendance qui ne fait que s’aggraver .

Photo : CBC/Brian Higgins

La police de Summerside a également observé une augmentation du nombre d’appels.

Selon le corps policier de la deuxième plus grande ville de la province, les signalements de crises relativement à un trouble de santé mentale ont dépassé le cap de 163 appels à la fin septembre 2020.

La police de la ville estime qu’il s’agit du plus grand nombre d’appels pour ce type de problème observé dans les cinq dernières années.

Nous sommes sur le point d’avoir, d’ici la fin de l’année, le plus grand nombre d’appels concernant les problèmes de santé mentale.

Jason Blacquiere, officier à la police de Summerside
Jason Blacquiere interviewé devant le poste de police.

Selon Jason Blacquiere, officier à la police de Summerside, la pandémie explique en partie l’augmentation du volume d’appels.

Photo : Radio-Canada / Julien Lecacheur

La Gendarmerie Royale du Canada a également constaté une croissance accrue des cas signalés. Les chiffres ont fait un saut de 22 %, entre 2017 et 2019.

Des explications pour phénomène

Pour Jason Blaquière, sergent à la police de Summerside, la crise sanitaire de la COVID-19 serait entre autres en cause.

Le stress causé par la pandémie, combiné à des problèmes financiers, à une perte d’emploi ou à des problèmes préexistants contribue à aggraver les situations de détresse psychologique et les troubles de santé mentale.

Selon Brad MacConnell, chef adjoint du service de police de Charlottetown, la COVID-19 ne serait pas à l'origine d'une augmentation des appels en lien avec la santé mentale.

Les personnes souffrant de troubles de santé mentale dans nos communautés et le manque de soutien à leur égard se sont certainement aggravés au fil des ans.

Brad MacConnell, chef adjoint Service de police de Charlottetown

Le chef adjoint du service de police de Charlottetown rappelle que les dépendances non traitées et l’automédication à l’aide de drogues et d’alcool peuvent compliquer la situation en matière de santé mentale.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !