•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un avocat veut empêcher l'expulsion du responsable de l'accident des Broncos

Jaskirat Singh Sidhu, debout, à la sortie du tribunal.

Jaskirat Singh Sidhu pourrait être expulsé vers son pays natal, l'Inde, après avoir purgé sa peine au Canada.

Photo : La Presse canadienne

Radio-Canada

Un avocat en immigration se bat pour empêcher l’expulsion en Inde de Jaskirat Singh Sidhu, le chauffeur du camion semi-remorque entré en collision avec l’autocar des Broncos de Humboldt le 6 avril 2018. L’accident qui s’est produit à une intersection routière près de Tisdale, en Saskatchewan, a fait 16 morts et 13 blessés.

En janvier 2019, Jaskirat Singh Sidhu a plaidé coupable de 29 chefs d’accusation de conduite dangereuse ayant causé la mort ou des blessures corporelles. Deux mois plus tard, il a été condamné à huit ans d’emprisonnement et à une interdiction de conduire un véhicule à moteur durant 10 ans.

Comme Jaskirat Singh Sidhu n’est pas citoyen canadien, la juge Inez Cardinal avait rappelé qu’il pourrait être expulsé vers son pays d’origine, l’Inde, après avoir purgé sa peine au Canada.

M. Sidhu est venu au Canada en 2013 comme résident permanent pour y rejoindre sa compagne. La loi fédérale prévoit qu’un résident permanent reconnu coupable d’un crime grave peut perdre son statut de résident.

L'avocat en immigration qui le représente, Michael Greene, tente par tous les moyens d'empêcher que cette loi soit appliquée à son client. Il a déclaré à CBC que Jaskirat Singh Sidhu avait beaucoup de remords après l’accident. Il a aussi rappelé qu’il n'avait pas d’antécédents criminels.

Il n'est absolument pas le genre de personne qui va commettre un autre délit.

Michael Greene, avocat spécialisé en immigration représentant Jaskirat Singh Sidhu

Même s'il reconnaît l’ampleur de l’accident et la douleur que cela a entraîné, Me Greene croit aussi que la juge a imposé la peine la plus lourde à son client.

Dans sa décision, la juge Inez Cardinal avait indiqué que le chauffeur fautif avait eu de nombreuses chances de s'arrêter avant la collision.

Me Greene a répondu que son client bénéficiait de circonstances atténuantes, car le crime n'était pas intentionnel. Selon lui, de nombreuses personnes ont enfreint les règles de la circulation routière dans le passé, parfois avec des conséquences fatales.

L'avocat a cité l'exemple du premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, qui a franchi un panneau Arrêt en 1997 et a heurté un autre véhicule, tuant Joanne Balog, 39 ans. Scott Moe a reçu une contravention pour avoir conduit de manière imprudente.

Je pense que votre propre premier ministre a commis la même faute, et heureusement, il n’a pas heurté un autocar rempli d’enfants, mais quelqu’un est mort. Ce sont des choses qui arrivent, a rappelé Me Greene.

Demande du pardon

Michael Greene pense que Jaskirat Singh Sidhu a été déjà suffisamment puni pour les conséquences de son acte. Il plaide maintenant le pardon afin de sortir son client de l'embarras.

Pour cela, l'avocat a commencé à réunir des lettres de soutien qu’il remettra à l’agent d’immigration qui décidera du sort de son client.

Je comprends que, selon certaines personnes, il n'y aura jamais assez de punitions, explique-t-il.

Mais il y a beaucoup de gens qui croient au pardon.

Michael Greene, avocat spécialisé en immigration représentant Jaskirat Singh Sidhu

Michael Greene s’attend à ce qu’un jugement soit rendu au début de l’année 2021.

Vue aérienne du lieu de l'accident de la route des Broncos de Humboldt.

L'accident avait fait 16 mots et 13 blessés (archives).

Photo : La Presse canadienne / JONATHAN HAYWARD

Environ 90 déclarations de victimes ont été déposées à la cour avant l'audience de détermination de la peine. La Couronne avait demandé une peine de 10 ans d'emprisonnement. Selon un exposé des faits présenté au procès, Jaskirat Singh Sidhu était le seul responsable de l'accident. Un rapport de collision a révélé qu'il n'avait pas freiné avant de heurter le bus à l'intersection des autoroutes 335 et 35.

Parmi les 16 victimes de l’accident, il y avait 10 joueurs et 6 membres du personnel administratif et d’encadrement.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !