•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Facultés affaiblies : la défense du député MacKay tente de faire dérailler la poursuite

Un homme donne une entrevue au micro devant le palais de justice.

Le député Hugh MacKay devant le palais de justice à Halifax le 8 novembre 2019.

Photo : Radio-Canada / CBC

Radio-Canada

L'avocat d'un député de la Nouvelle-Écosse accusé de conduite avec facultés affaiblies tente de faire dérailler la poursuite contre son client. La défense de Hugh MacKay soutient qu'il y a eu un abus de procédure de la part du ministère public.

Les gestes reprochés à l'élu se seraient produits le 22 novembre 2018.

Mais l'ancien député libéral de la Nouvelle-Écosse, qui siège maintenant à titre d'indépendant, n'a été mis en accusation qu'en février dernier. Il a plaidé non coupable.

C'est un ancien membre de l'association libérale de Chester-St. Margaret's qui a ébruité l'affaire dans un courriel. Ce dernier allègue qu'au moins une autre personne dans l'entourage politique de Hugh MacKay était au courant de l'incident en 2018, mais qu'elle n'a pas prévenu la police immédiatement afin de ne pas nuire au député et par crainte de perdre son emploi.

Selon ce militant, l'élu était tellement ivre ce jour-là qu'il a terminé sa course dans un lampadaire en banlieue d'Halifax.

L'avocat de Hugh MacKay était de retour en cour, jeudi. Me Don Murray allègue qu'il y a eu un abus de procédure de la part du ministère public. Il demande à un juge de la Cour suprême de la Nouvelle-Écosse de suspendre les procédures contre son client.

Selon la défense, la poursuite n'a pas dit clairement, lors d'une audience précédente, si elle avait l'intention de traiter les gestes reprochés à Hugh MacKay comme une infraction sommaire ou une affaire criminelle.

L'avocat du député signale que cette nuance importante peut faire la différence entre une amende et une peine de prison, si l'accusé est reconnu coupable.

Une prochaine audience doit avoir lieu au début de 2021.

Rappelons que Hugh MacKay a reconnu sa culpabilité dans une autre affaire de conduite en état d'ébriété à l'automne 2019. Il a été condamné à payer une amende de 2000 $ et son permis de conduire a été suspendu pour un an.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !