•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les déversements d’eaux usées à Sherbrooke analysés par la Fondation Rivières

Un tuyau de béton menant à la rivière.

L'eau usée est déversée à certaines occasions dans la rivière par ces tuyaux.

Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Radio-Canada

La Ville de Sherbrooke figure parmi les bons élèves quant à l'intensité de ses déversements d'eaux usées dans les cours d'eau, malgré son millier de déversements par année.

Parmi les 10 grandes villes du Québec, Sherbrooke est celle qui obtient le meilleur bilan au palmarès des municipalités de la Fondation Rivières portant sur les déversements d’eaux usées. Longueuil, au contraire, trône au sommet du palmarès. Pourtant, les deux villes ont sensiblement le même nombre de déversements, soit plus de 1100 déversements en 2019.

Le directeur général de la Fondation Rivières, André Bélanger, explique que l’intensité de ces déversements détermine leur impact probable sur l'environnement. La moindre intensité des déversements de Sherbrooke explique donc sa place au classement. 

Le directeur général souligne toutefois que les données fournies par la Ville de Sherbrooke demeurent incomplètes. Depuis le 1er janvier 2016, des enregistreurs électroniques sont obligatoires pour évaluer les déversements. Seuls 40 ouvrages sur la centaine que possède Sherbrooke sont dotés de ces enregistreurs. André Bélanger dénonce le laxisme du ministère de l’Environnement pour expliquer le manque de collaboration de la Ville dans leur implantation. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !