•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le conflit des pêches en Nouvelle-Écosse inquiète Barrington

Des casiers empilés sur un quai.

La Municipalité de Barrington presse les intervenants de trouver une solution pacifique au conflit des pêches en Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada / Héloïse Rodriguez-Qizilbash

Radio-Canada

La Municipalité de Barrington dans le sud-ouest de la Nouvelle-Écosse affirme que le conflit des pêches entraîne injustement une image négative de ses résidents et elle presse les intervenants de trouver une solution pacifique.

Les propos exprimés dans les médias, sur les médias sociaux et durant un débat à la Chambre des communes la semaine dernière sont inquiétants pour les résidents de Barrington, explique la Municipalité dans un communiqué.

Les gestes extrêmes de quelques personnes ne représentent pas la majorité des résidents de Barrington qui respectent les lois, souligne le préfet Eddie Nickerson, cité dans le communiqué.

Les autorités municipales affirment que les résidents sont amicaux, qu’ils élèvent leurs familles et gèrent leurs entreprises en sécurité.

Le drapeau du Canada flotte devant le petit bâtiment d'un seul étage.

L'édifice municipal de Barrington.

Photo : Municipalité de Barrington

Barrington demande aux médias, au public et aux élus en particulier de concentrer plutôt leurs efforts sur une solution pour résoudre le conflit des pêches.

La Municipalité presse le gouvernement fédéral d’agir pour résoudre pacifiquement le conflit. Selon elle, les autorités fédérales jusqu’à présent ont manqué à leur devoir envers les pêcheurs alors qu’elles sont responsables de gérer les pêches.

Barrington presse tous les intervenants de définir une fois pour toutes ce qui constitue une pêche de subsistance modérée et de répondre aux préoccupations entourant la gestion et la conservation des ressources marines dans la région.

Le directeur de l’administration de la Municipalité de Barrington, Chris Frotten, a refusé de nous accorder une entrevue. Son message aux politiciens, dit-il par courriel, c’est tout simplement d’avoir un dialogue respectueux.

Les porte-parole de la Municipalité de Barrington demandent aux politiciens de se concentrer sur une chose : une définition claire ce que sont des moyens de subsistance modérés.

Le homard de la discorde

La Première Nation de Sipekne'katik a récemment lancé une pêche de subsistance au homard dans la baie de Sainte-Marie, mais elle se heurte à une vive opposition de la part de certains pêcheurs non autochtones. Ces derniers dénoncent cette pêche en disant qu’elle se déroule hors de la saison réglementée et qu’elle risque de nuire au stock de homards.

Les Micmacs disent être fatigués d’attendre une définition de la pêche de subsistance modérée autorisée depuis 21 ans en vertu d’une décision de la Cour suprême du Canada dans la cause de Donald Marshall fils. La décision a été rendue en 1999, mais aucune autorité n’a encore défini en quoi consiste une pêche de subsistance ni dans quel cadre elle doit se dérouler.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !