•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Parcs provinciaux : le Manitoba réfléchit à la vente de terrains de chalet

Un lever de soleil sur le lac Mantario à la fin septembre.

Le gouvernement progressiste-conservateur suggère d'étudier la possibilité de vente de terrains de chalets en location dans les parcs provinciaux, selon un document interne.

Photo : Radio-Canada / Bartley Kives

Radio-Canada

Un document interne obtenu par le Nouveau Parti démocratique (NPD) du Manitoba laisserait entendre que le gouvernement progressiste-conservateur étudie une stratégie de vente des terrains de chalets en location dans les parcs provinciaux.

La note d'information pour le ministre de la Conservation et du Climat, obtenue dans le cadre d'une demande en vertu de la Loi sur l'accès à l'information et la protection de la vie privée, précise les efforts visant à élaborer une stratégie pour le renouvellement et la modernisation des parcs provinciaux.

La stratégie, indique la note d'information, propose une variété de mesures axées sur l'amélioration de la viabilité financière globale des parcs du Manitoba, tout en améliorant l'expérience des personnes qui utilisent les parcs.

La stratégie veut notamment aborder l'orientation du gouvernement pour mettre en place un système de vente de terrains de chalets en location dans les parcs provinciaux aux propriétaires de chalets, lit-on dans le document.

Le sujet a été soulevé lors de la période des questions lundi, alors que la députée néo-démocrate Lisa Naylor a précisé que le document indiquait clairement que la province voulait élaborer un plan de vente des parcs.

La vente des parcelles destinées aux chalets dans les parcs signifie que seules les personnes disposant de dizaines de milliers ou de centaines de milliers de dollars pourront en faire l’acquisition, prévient-elle en ajoutant qu’il est nécessaire de faire plus pour protéger les parcs.

Si des terrains de parcs provinciaux sont vendus à des particuliers, ces terres seront perdues pour toujours et ce serait une grave erreur.

Lisa Naylor, députée néo-démocrate

Le premier ministre, Brian Pallister, et la ministre de la Conservation et du Climat, Sarah Guillemard, ont tous les deux nié les plans de vente des terrains en location dans les parcs provinciaux. Brian Pallister a même déclaré que cela était une accusation bidon.

Dans un courriel envoyé mercredi, Sarah Guillemard indique que son ministère a eu des discussions avec des propriétaires de chalets qui auraient l’intention d’acheter leur terrain en location.

Selon le courriel de la ministre Guillemard, le Manitoba compte plus de 6200 propriétaires de chalets qui ont un bail public, un des taux les plus élevés au Canada.

À présent, il y a 588 chalets sur des terrains privés dans les parcs du Manitoba, ce qui représente environ 9 % des chalets dans les parcs provinciaux, précise la ministre Guillemard.

Bien que le gouvernement explore toutes les possibilités pour parvenir à un modèle plus équitable, il est important de noter que la province maintiendra toujours le contrôle juridictionnel sur tous les parcs provinciaux.

Sarah Guillemard, ministre provinciale de la Conservation et du Climat

Il est nécessaire que les parcs provinciaux du Manitoba deviennent financièrement viables, et cette évolution vers la durabilité doit inclure les modèles désuets d'entente sur les chalets des parcs, soutient-elle.

Un recul possible dans la protection de l’environnement

Un militant du groupe Wilderness Committee, Eric Reder, affirme que la vente des terrains de chalets pourrait compromettre les efforts de conservation.

Si nos lots de chalets sont privatisés à l'intérieur d'un parc provincial, nous ne serons plus en mesure de gérer la totalité du parc , dit-il.

La chose qui rend spéciaux la plupart de nos parcs où il y a des chalets, c'est que la parcelle de nature est protégée comme le prévoit actuellement la gestion [de ces lieux], ajoute-t-il.

Eric Reder croit que les parcs provinciaux ne sont pas censés être une résidence permanente pour quelques privilégiés, mais plutôt un endroit où tout le monde peut découvrir la nature et où la nature peut être protégée.

Ces espaces sauvages sont la raison pour laquelle les parcs nous sont si précieux, ils font partie de nos âmes, a-t-il conclu.

Avec les informations de Ian Froese

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !