•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La saison froide inquiète des organismes communautaires

Tous les mercredis soirs, des bénévoles de l'organisme Aidons avec des meubles étalent les meubles et accessoires à donner dans un stationnement.

Des bénévoles de l'organisme Aidons avec des meubles s'affairent à déplacer des meubles.

Photo : Radio-Canada / Radio-Canada/Simon Gohier

Rachel Dugas

C’est un mercredi comme les autres. Il est 18 h 30 et des bénévoles s’activent à sortir des meubles et accessoires d’un entrepôt. Rapidement, un simple stationnement dans l’est d’Ottawa prend des airs de marché aux puces. Mais ici, tout est gratuit et destiné à des gens dans le besoin.

Toutes les tables, matelas, fauteuils, commodes proviennent de dons. Si l’organisme Aidons avec des meubles doit improviser ce genre de marché extérieur régulièrement, c’est à cause de la pandémie.

Avant, on fonctionnait comme une belle bicyclette en bon état. Puis là, on a dû complètement changer toutes nos opérations. Avant, on ramassait chez les donneurs et on allait déposer chez nos clients, précise Nathalie Maione, la fondatrice de l’organisme.

Aidons avec les meubles a tenu le coup depuis le printemps dernier, mais ses dirigeants entrevoient de grandes difficultés avec la saison froide.

Ce qui nous inquiète le plus, c’est de faire ça en hiver. Notre entrepôt est tellement petit qu’on doit sortir presque tous les meubles pour que nos clients aient des choix et il faut tout remettre à l’intérieur une fois qu’on a fini. [...] Ça devient une urgence en ce moment d’avoir un entrepôt qu’on peut utiliser de la bonne façon avant l’hiver, souligne-t-elle.

Avant l'hiver, l'organisme Aidons avec des meubles doit trouver un espace pour entreposer et exposer les dons.

L'organisme Aidons avec des meubles est à la recherche d'un espace pour entreposer et exposer beaucoup plus grand avant l'hiver.

Photo :  Radio-Canada / Simon Gohier

On attend de voir si la communauté va nous aider. Peut-être on va avoir quelqu’un qui va nous dire, oui, on a un entrepôt qui peut servir comme un vieux magasin de meubles désaffecté.

Nathalie Maione, fondatrice de l’organisme Aidons avec des meubles.

Une situation jamais vue

Nathalie Maione débarque au Canada à l'âge de 11 ans. Sa famille a quitté la France avec ses quelques biens entassés dans une seule valise.

Plusieurs années plus tard, elle fonde Aidons avec des meubles pour aider ceux qui repartent à zéro.

Nathalie Maione, fondatrice de l'organisme Aidons avec les meubles, s'inquiète de l'arrivée de la saison froide.

Nathalie Maione a fondé l'organisme Aidons avec les meubles en 2005.

Photo : Radio-Canada / Simon Gohier

En 15 ans d’existence, l’organisme n'a jamais traversé une telle tempête, avec des demandes d’aide qui ont augmenté de 33 %.

On a une longue liste d’attente. On a au-dessus de 300 personnes. Et on emménage de 10 à 12 maisons par semaine et puis même à ça, on a plus [de] 10 à 12 clients qui nous sont référés par semaine. Donc, ça descend jamais.

Nathalie Maione, fondatrice de l’organisme Aidons avec des meubles.

Plusieurs facteurs expliquent cette augmentation. Les organismes communautaires ont entrepris une vaste campagne pour trouver des logements aux sans-abris et aux immigrants qui sont arrivés avant la crise sanitaire, selon Nathalie Maione.

Mais il y a aussi une réalité alarmante : la hausse des cas de violence conjugale.

Plus de clientes victimes de violence conjugale

Aidons avec des meubles travaillent main dans la main avec Shelter Movers Ottawa.

Cet organisme accompagne les femmes victimes de violence conjugale et leurs enfants en offrant des services de déménagement. Il faut savoir que ces personnes quittent souvent leur domicile rapidement seulement avec quelques effets personnels.

Les femmes sont toujours à la maison avec leur abuseur. La pression dans la maison monte, indique la directrice de Shelter Movers Ottawa, Wendy Mitchell.

Deux bénévoles de l'organisme Shelter Movers ouvrent les portes d'un entrepôt rempli des meubles et objets appartenant à une femme victime de violence conjugale qui doit quitter son foyer.

L'organisme Shelter Movers offre des services de déménagement et d'entreposage pour les femmes victimes de violence conjugale.

Photo : Shelter Movers Ottawa

Notre volume de demandes pour des déménagements a augmenté jusqu’à 40 % depuis les mois de février et mars, poursuit-elle.

Au mois d’août, on a complété 29 déménagements, c’est le plus en un mois qu’on a fait depuis notre existence.

Wendy Mitchell, directrice de Shelter Movers Ottawa.

Ces femmes peuvent donc trouver dans le stationnement de Aidons avec des meubles de quoi reconstruire leurs vies, une parcelle à la fois.

Mais bientôt la neige viendra recouvrir le sol.

Le regard plein d’espoir, Nathalie Maione lance : On pourrait faire tellement plus dans la communauté si on avait nous aussi les outils qui sert au succès. Parce que nous, c’est ça qu’on fait, on donne pas seulement des meubles à nos clients, on donne les outils nécessaires au succès.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !