•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Premier Gala de l'ADISQ : tour du chapeau pour Les Cowboys Fringants

Une femme et trois hommes posent côte à côte sur une photo en noir et blanc.

Les Cowboys Fringants ont remporté trois Félix au Premier Gala de l'ADISQ, qui pour la première fois de son histoire était préenregistré, en raison de la pandémie de COVID-19.

Photo : La Tribu

Radio-Canada

Mercredi soir, Pierre Lapointe animait à Télé-Québec le Premier Gala de l’ADISQ, qui pour la première fois de son histoire était préenregistré, pandémie oblige. Après 23 ans de carrière, Les Cowboys Fringants ont encore une fois réussi à s'illustrer, remportant trois Félix. Retour sur les moments forts de la soirée.

Lors de cette soirée qui précède le gala principal, anciennement appelée l'Autre Gala, on décerne une vingtaine de Félix, notamment pour les meilleurs albums dans des styles musicaux qui ne sont pas représentés au gala principal.

Bonne pêche pour Les Cowboys Fringants

Les Cowboys Fringants ont ouvert le bal en remportant le Félix de l’album de l’année – meilleur vendeur, pour leur dixième opus, Les antipodes, propulsé par le simple L’Amérique pleure. C’était le 13e Félix d’une prolifique carrière pour le groupe de folk et de rock emblématique du Québec.

Quelques minutes plus tard, le quatuor récidivait en mettant la main sur le Félix de l’album rock de l’année. Les Cowboys se mesuraient pourtant à des albums d'une grande qualité (Jazz engagé, de Chocolat, Junior, de Corridor, et D’Amour et rock’n’roll, de France D’Amour).

Les Cowboys n'en avaient visiblement pas assez, puisque c'est ce groupe qui a clos la soirée en remportant le Félix du meilleur vidéoclip de l'année, pour L'Amérique pleure.

La pianiste Alexandra Stréliski pourra ajouter un troisième Félix à sa collection, elle qui a reçu le prix de l’artiste s’étant le plus illustrée hors Québec, face à de grosses pointures comme Loud, Hubert Lenoir et Patrick Watson. Ce dernier a toutefois pu se consoler avec deux Félix, ceux du meilleur album et du meilleur spectacle anglophones de l'année, lui qui a fait paraître en 2019 Wave, son sixième album studio.

Watson n'est pas le seul artiste à avoir marqué un doublé : Marie-Pierre Arthur est repartie avec le prix du meilleur album alternatif de l'année, ainsi que celui du meilleur album de l'année (choix de la critique), pour son dernier opus, Des feux pour voir.

À noter qu'Isabelle Boulay a remporté son 19e Félix, soit celui du meilleur album de l'année – réinterprétation, pour En attendant Noël. La chanteuse occupe d'ailleurs la cinquième place dans le palmarès des artistes ayant accumulé le plus de Félix en carrière.

Soir de première pour plusieurs artistes

Le groupe de musique cajun Salebarbes, composé de Jean-François Breau, Éloi et Jonathan Painchaud, George Belliveau et Kevin McIntyre, a remporté le premier Félix de sa très jeune carrière, dans la catégorie de l'album de l’année – musique traditionnelle.

Le prix récompense Live au Pas Perdus, son premier album, capté au mythique bar-spectacle Les Pas Perdus, à Cap-aux-Meules (Îles-de-la-Madeleine).

La chanteuse et imitatrice Véronic DiCaire, qui est dans le paysage culturel québécois depuis plus de 15 ans, a également remporté son premier Félix, dans la catégorie du spectacle de l’année – interprète, pour sa dernière tournée sobrement intitulée Véronic DiCaire en spectacle.

Le trompettiste Jacques Kuba Séguin et l'humoriste Sam Breton remportaient également leur premier prix à l'ADISQ, respectivement pour album jazz de l'année (Migrations) et spectacle d'humour de l'année (Au pic pis à pelle).

Quelques moments forts

En plus des remerciements virtuels des lauréats et lauréates, la soirée a été ponctuée de plusieurs prestations musicales, notamment par Salebarbes, Matt Lang, Miro, Sarahmée, Les Hay Babies, P’tit Belliveau, Nomadic Massive, FouKi, Alicia Moffet et Cindy Bédard.

L'un des moments forts de la soirée : la prestation touchante des quatre filles du collectif derrière l'album Nikamu Mamuitun : chansons rassembleuses, qui a remporté le prix de l'album de l'année – autres langues.

Karen Pinette-Fontaine, Chloé Lacasse, Marcie et Joëlle Fontaine, qui représentent la moitié féminine de ce collectif composé de huit artistes autochtones et non autochtones, ont interprété en chœur la pièce Il faut tout un village. Elles portaient toutes un chandail où était inscrit « Justice pour Joyce », en hommage à Joyce Echaquan, la femme atikamekw morte dans des circonstances troubles à l'hôpital de Joliette en septembre.

À souligner également : le passage sur scène du sympathique P'tit Belliveau. En lice pour l'album alternatif de l'année, ce dernier a interprété son succès de l'été, Income Tax, tiré de Greatest Hits Vol.1. Il a d'ailleurs livré une pensée sur la vie en pandémie après sa prestation : Des fois j'vis des hauts, des fois j'vis des bas, mais la plupart du temps, j'vis ma vinaigrette.

Les gagnants et gagnantes de la soirée :

Album de l'année – alternatif

  • Des feux pour voir, Marie-Pierre Arthur

  • Microdose, Fred Fortin

  • Horizon, Mon Doux Saigneur

  • J’connais rien à l’astronomie, Dany Placard

  • Greatest Hits Vol.1, P’tit Belliveau

Album de l'année – anglophone

  • Godspeed: Baptism (Prelude), Naya Ali

  • Dreamweaver, Anachnid

  • Thanks for the Dance, Leonard Cohen

  • Weird Ones, Matt Holubowski

  • Wave, Patrick Watson

Album de l'année – autres langues

  • Colores, Natalie Choquette

  • Nikamu Mamuitun : chansons rassembleuses, collectif d’artistes

  • Nitehi Aimihewin, collectif d’artistes

  • Pardon, Guy Mapoko

  • Times, Nomadic Massive

Album de l'année – choix de la critique

  • Des feux pour voir, Marie-Pierre Arthur

  • Quand la nuit tombe, Louis-Jean Cormier

  • Volume 1, Flore Laurentienne

  • Les antipodes, Les Cowboys Fringants

  • Boîte aux lettres, Les Hay Babies

Album de l'année – classique : orchestre et grand ensemble

  • Pulsations, Angèle Dubeau et La Pietà

  • The John Adams Album – Kent Nagano, Orchestre symphonique de Montréal

  • Mozart : concertos pour piano nos 22 et 24, Charles Richard-Hamelin, Les Violons du Roy, Jonathan Cohen

Album de l'année  classique : soliste et petit ensemble

  • Le rappel des oiseaux, Luc Beauséjour

  • Schubert : le premier romantique, Mathieu Gaudet

  • My Paris Years, Alain Lefèvre

  • André Mathieu : concerto de Québec et œuvres pour deux pianos, Alain Lefèvre et Hélène Mercier

  • Chopin : ballades et impromptus, Charles Richard-Hamelin

Album de l'année – country

  • Après l’orage, Cindy Bédard

  • Une minute, Véronique Labbé

  • Onze, Marie-Ève Laure

  • Si on y allait, Patrick Norman

  • On fait du country, Phil G. Smith

Album de l'année – instrumental

  • Conséquences (bande originale de la série), Viviane Audet, Robin-Joël Cool et Alexis Martin

  • LEN, Gregory Charles

  • Volume 1, Flore Laurentienne

  • Indivisible, Organ Mood

Album de l'année – jazz

  • Rythme de passage, Emie R Roussel Trio

  • Migrations, Jacques Kuba Séguin

  • Fantosme, Carl Mayotte

  • Vena, Rachel Therrien

  • Rio Minas, Jean-Pierre Zanella

Album de l'année – meilleur vendeur

  • Perfecto, Bleu Jeans Bleu

  • L’étrange pays, Jean Leloup

  • Les antipodes, Les Cowboys Fringants

  • Tout ça pour ça, Loud

  • Inscape, Alexandra Stréliski

Album de l'année – musiques du monde

  • Levantine Rhapsody, Didem Başar

  • El Gato y Los Rumberos, Boogát

  • NÉNÉ, ILAM

  • Vengo De Frente, Mateo

  • Kora Flamenca, Zal Sissokho

Album de l'année – réinterprétation

  • En attendant Noël, Isabelle Boulay

  • Au pays de Nana Mouskouri, Laurence Jalbert

  • Viens avec moi (live), Les Hôtesses d’Hilaire

  • Aznavour : Désormais, Mario Pelchat

  • Session acoustique I, Tire le coyote

Album de l'année – rock

  • Jazz engagé, Chocolat

  • Junior, Corridor

  • D’Amour et rock’n’roll, France D’Amour

  • Les antipodes, Les Cowboys Fringant

Album de l'année – traditionnel

  • Les quatre roses, É.T.É

  • Debout!, Le diable à cinq

  • Les myriades, Mélisande [électrotrad]

  • Live au Pas Perdus, Salebarbes

Album de l'année – jeunesse

  • Ça promet!, Atchoum & Pépé et sa guitare

  • Le Tourne-Fêtes, Maria Cannelloni

  • Rêves à colorier, Ariane DesLions

  • Tous musiciens, Henri Godon

  • Arthur L’aventurier au bout du monde en Australie (DVD), Arthur L’aventurier

Artiste de l'année ayant le plus rayonné hors Québec

  • Corridor

  • Elisapie

  • Hubert Lenoir

  • Loud

  • Alexandra Stréliski

  • Patrick Watson

Spectacle de l'année – anglophone

  • Stay Tuned!, Dominique Fils-Aimé

  • Elvis Experience Montréal 72 – Comme si c’était arrivé…, Martin Fontaine

  • Weird Ones, Matt Holubowski

  • Matt Lang, Matt Lang

  • Wave, Patrick Watson

Spectacle de l'année – autres langues

  • La Musica Popular de Verdun/Grouillades, Clay and Friends

  • Karkwatson, collectif d’artistes

  • La Voix Expérience, collectif d’artistes

  • Noël, une tradition en chanson, collectif d’artistes

  • The Ballad of the Runaway Girl, Elisapie

Spectacle de l'année – interprète

  • Le fantôme de l’Opéra : version concert, collectif d’artistes

  • Mamma Mia!, collectif d’artistes

  • Véronic DiCaire en spectacle, Véronic DiCaire

  • Diane Dufresne symphonique : de concert avec vous, Diane Dufresne

  • Le chant du silence, Michel Faubert

Spectacle de l'année – humour

  • Les fleurs du tapis, Rachid Badouri

  • Au pic pis à pelle, Sam Breton

  • Les dalmatiens sont énormes en campagne, Yannick De Martino

  • Une belle soirée, Simon Gouache

  • Enfant roi, Rosalie Vaillancourt

Vidéo de l'année

  • Mets du respect dans ton bac, Alaclair Ensemble

  • Le king de la danse en ligne, Bleu Jeans Bleu

  • 100 mètres haies, Louis-Jean Cormier

  • Ciel (avec Alicia Moffet), FouKi

  • Ça fait mal, KNLO

  • L’Amérique pleure, Les Cowboys Fringants

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !