•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La garderie La Coccinelle peine à combler ses places

De jeunes enfants jouent avec des blocs de construction.

La garderie La Coccinelle à Surrey a des difficultés à combler ses places.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

La prématernelle francophone La Coccinelle installée au sein de l’École Gabrielle-Roy, à Surrey, fait face à des soucis financiers en raison de la pandémie de COVID-19 en Colombie-Britannique.

Autrement dit, le télétravail et la peur du virus forcent des parents à garder leurs enfants chez eux.

Habituée aux listes d’attentes longues, la directrice de l’établissement, Vivian Mikus, dit faire face à des soucis financiers qui la contraignent à se séparer d’une éducatrice.

Normalement, on a une liste d'attente puis aussitôt que l’enfant est né, les parents le mettent sur la liste d’attente. Là, tout à coup, les parents restent à la maison avec leurs enfants, affirme Mme Mikus.

Cette réalité touche toute la province, dit Marie Andrée Asselin, directrice générale de la Fédération des parents francophones de la Colombie-Britannique (FPFCB). Selon elle, les garderies francophones ont réduit leurs effectifs de 8 à 10 % depuis le début de la pandémie.

La directrice générale de la FPFCB explique que la viabilité économique des garderies francophones dépend à la fois des fonds gouvernementaux et du nombre d’enfants inscrits.

Pour Marie-Andrée Asselin, des solutions pour aider la garderie sont envisageables : La Fédération est là pour pouvoir les accompagner au niveau des difficultés financières qui pourraient surgir [...] On est là pour ça. On est là pour eux.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
Des enfants jouent avec des blocs en mousse.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !