•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La garderie La Coccinelle peine à combler ses places

De jeunes enfants jouent avec des blocs de construction.

La garderie La Coccinelle à Surrey a des difficultés à combler ses places.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

La prématernelle francophone La Coccinelle installée au sein de l’École Gabrielle-Roy, à Surrey, fait face à des soucis financiers en raison de la pandémie de COVID-19 en Colombie-Britannique.

Autrement dit, le télétravail et la peur du virus forcent des parents à garder leurs enfants chez eux.

Habituée aux listes d’attentes longues, la directrice de l’établissement, Vivian Mikus, dit faire face à des soucis financiers qui la contraignent à se séparer d’une éducatrice.

Normalement, on a une liste d'attente puis aussitôt que l’enfant est né, les parents le mettent sur la liste d’attente. Là, tout à coup, les parents restent à la maison avec leurs enfants, affirme Mme Mikus.

Cette réalité touche toute la province, dit Marie Andrée Asselin, directrice générale de la Fédération des parents francophones de la Colombie-Britannique (FPFCB). Selon elle, les garderies francophones ont réduit leurs effectifs de 8 à 10 % depuis le début de la pandémie.

La directrice générale de la FPFCB explique que la viabilité économique des garderies francophones dépend à la fois des fonds gouvernementaux et du nombre d’enfants inscrits.

Pour Marie-Andrée Asselin, des solutions pour aider la garderie sont envisageables : La Fédération est là pour pouvoir les accompagner au niveau des difficultés financières qui pourraient surgir [...] On est là pour ça. On est là pour eux.

Des enfants jouent avec des blocs en mousse.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !