•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les T. N.-O. confirment un second cas de COVID-19 à Inuvik

Dre Kami Kandola

La Dre Kami Kandola, l’administratrice en chef de la santé publique, a confirmé, mercredi, un 2e cas de COVID-19 à Inuvik.

Photo : Radio-Canada / Kate Kyle (CBC)

Radio-Canada

Le cas qui était jusqu’à présent présumé positif a été confirmé mercredi, pour un résident d’Inuvik, selon l’administratrice en chef de la santé publique du territoire.

La Dre Kami Kandola a fait savoir, lors de son point de presse hebdomadaire sur la situation sanitaire, que le cas a été confirmé par un laboratoire de l'Hôpital Stanton de Yellowknife.

Ce cas est lié à celui annoncé la semaine dernière, d'un autre résident d'Inuvik, arrivé de l'Alberta par la route, et qui avait reçu un diagnostic positif de la maladie.

Mme Kandola a fait savoir que la transmission s'était produite au sein du même foyer où les deux individus s'étaient isolés. Selon ses dires, le nouveau cas ne constitue pas une menace pour le public.

Elle a aussi appelé les Ténois au calme alors que le territoire a connu six mois sans cas détectés de la maladie. Je tiens à vous assurer qu'il n'y a pas lieu de s'alarmer simplement parce qu'il y a des cas de COVID-19. C'est un rappel que nous devons faire preuve de diligence pour nous protéger les uns les autres. Cela ne signifie pas que nous devons paniquer, prône-t-elle.

La médecin hygiéniste en chef rappelle aussi qu’il faut s'attendre à voir d’autres cas être confirmés aux Territoires du Nord-Ouest, alors que le sud du pays connaît une flambée des cas, ce qui augmente les chances d’importation du coronavirus dans le Nord.

La cheffe de la santé publique a également déclaré que l’avertissement de risque d’exposition qui avait été donné pour la salle de sport Anytime Fitness et la salle d'attente du détachement de la GRC de Yellowknife a été levé.

Ces deux lieux avaient été identifiés comme présentant des risques d'exposition à la COVID-19, à la suite d’un cas présumé dans la capitale territoriale, annoncé le 16 octobre dernier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !