•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un employé d’une école de Toronto accusé de n’avoir pas porté de masque en cours

La porte d'entrée de l'école St. Charles.

L'école catholique St. Charles dans le secteur de North York, à Toronto, a dû être fermée du 5 au 9 octobre dernier après qu'un membre du personnel ait reçu un diagnostic positif à la COVID-19.

Photo : Radio-Canada / Paul Smith

Radio-Canada

Un travailleur d'une école primaire de North York, à Toronto, a été accusé plus tôt en octobre de ne pas avoir porté d'équipement de protection individuelle obligatoire.

C’est ce qu’a révélé, mercredi, le ministère du Travail de l'Ontario. L'employé travaille à l'école catholique St. Charles sur l'avenue Claver, près de l’intersection de l’avenue Lawrence Ouest et de la rue Dufferin.

Selon un porte-parole du ministère du Travail, des inspecteurs ont effectué une visite sur place à l'école le 23 octobre dernier après avoir reçu une plainte.

Le travailleur a été accusé de ne pas avoir utilisé ou porté des dispositifs de protection ou des vêtements exigés par l'employeur du travailleur , a déclaré par courriel un porte-parole du ministre du Travail.

Ce dernier a ajouté que l'accusation a été portée en vertu de la Loi sur la santé et la sécurité au travail et que l'employeur, en l'occurrence le conseil scolaire catholique de Toronto (TCDSB), ne fera pas face à des accusations en lien avec cet incident.

Le travailleur doit comparaître le 2 février 2021, et pourrait recevoir une amende maximale de 1000 $, selon le ministère du Travail.

L’hypocrisie du gouvernement Ford critiquée

Le député libéral d’Ottawa-Sud, John Fraser, a évoqué cet incident en point de presse, mercredi, en le comparant à la décision du gouvernement Ford de refuser d’imposer de punition à un député progressiste-conservateur qui a bafoué les mesures sanitaires ontariennes en se rassemblant avec un grand groupe de personnes sans porter de masque.

Une cinquantaine de personnes en photo

Le député progressiste-conservateur a publié cette photo sur les médias sociaux avant de la supprimer.

Photo : @BBarker77/Twitter

Pour M. Fraser, le fait que l'enseignant reçoive une amende, mais pas le député, met en lumière l'hypocrisie du gouvernement progressiste-conservateur.

Je ne sais pas pourquoi il ne recevrait pas une amende si l'enseignant en a reçu une.

John Fraser, député libéral d'Ottawa-Sud

En conférence de presse, mercredi, le premier ministre ontarien Doug Ford avait encore défendu le député de Niagara-Ouest, Sam Oosterhoff, accusé de ne pas avoir respecté les mesures sanitaires mises en place par son propre gouvernement.

En début de semaine, le jeune député progressiste-conservateur s’était retrouvé sur la sellette en raison de photos qu’il avait publiées sur les médias sociaux sur lesquelles il était accompagné de plusieurs dizaines de personnes à l’intérieur d’un restaurant, tous sans masques.

M. Oosterhoff les avait publiées sur son compte Facebook, avant de rapidement les supprimer.

Le TCDSB mène sa propre enquête sur son travailleur

Selon le Toronto Star, le travailleur du TCDSB serait un professeur de musique itinérant qui aurait reçu un diagnostic positif à la COVID-19 plus tôt ce mois-ci.

Dans une déclaration par courriel, un porte-parole du TCDSB a refusé de fournir d'autres détails, mais a déclaré que le conseil menait sa propre enquête, et que l'employé était actuellement en congé en attendant le résultat de l'enquête.

Tous les élèves, le personnel et les visiteurs des écoles et des installations du TCDSB sont tenus de porter un masque lorsqu'ils sont à l'intérieur, poursuit le communiqué.

Le personnel a été formé aux meilleures pratiques et protocoles pour assurer la sécurité de tous dans un milieu scolaire , a-t-il ajouté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !