•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La demande de bois de chauffage augmente à cause de la COVID-19

Une corde de bois de chauffage.

Pour qu'un bois de chauffage brûle bien, son taux d'humidité doit se situer entre 20 et 25 %.

Photo : Radio-Canada / Jean-Sébastien Marier

Radio-Canada

La vente de bois de chauffage a doublé en octobre par rapport à la même époque l’an dernier, selon des revendeurs de l’Alberta.

Ils affirment que cette tendance a commencé en avril dernier, alors que le printemps est normalement une saison basse pour ce genre de produit.

Pierce Achtymichuk est le propriétaire de Maverick Canada Firewood, à Calgary. Il estime que la demande de bois de chauffage dans la province est dix fois plus élevée que l’offre.

Je suis dans le métier depuis 20 ans et je n’ai jamais vu une situation comme celle-ci, lance-t-il.

Dans l’entreprise de Tyler Cotter, à Spruce Grove, les commandes sont tellement importantes qu’il a dû embaucher plus de personnel.

Nous avons à peine pu suivre le rythme, explique Tyler Cotter.

La COVID-19 crée cette demande

Selon les fournisseurs de bois de chauffage, en Alberta, les gens ayant passé plus de temps chez eux en mars et en avril, ils ont fait des feux dans leur cheminée. En été, la demande ne s'est pas ralentie, puisqu'ils en ont fait dans leur jardin ou en camping.

Comme l’hiver risque d’être long, la population prévoit de se réconforter en allumant sa cheminée.

Selon James Moore, qui gère les ventes de bois de chauffage à Brickwood Landscaping, à Thorsby, cet engouement est le résultat des annulations de voyages à cause de la COVID-19 : Les Albertains essaient de trouver des occupations pour l’hiver, alors ils achètent du bois de chauffage.

Un feu de bois, en hiver.

Plus le bois est humide, plus il faut s'en occuper, car il y produira plus de fumée qu'un bois sec.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Rivest

Cette forte demande crée tant de problèmes d’approvisionnement que certains fournisseurs n’ont plus de bois séché et doivent vendre un produit plus humide.

Il ne reste plus qu'une quantité limitée de bois secs à ce stade, conclut Tyler Cotter.

Visitez notre dossier sur les vaccins contre la COVID-19.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !