•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

feu mer, d’Azucena Pelland, finaliste du Prix de poésie 2020

Azucena Pelland est devant une fenêtre et regarde l’appareil photo.

Azucena Pelland est en lice pour le Prix de poésie Radio-Canada 2020.

Photo : Amaya Adriel Lacroix

Radio-Canada

Azucena Pelland a 23 ans. D’origine mexicaine et québécoise, elle a passé toute sa vie à Montréal. Après avoir fait des études en théâtre au cégep, elle a obtenu un baccalauréat en études littéraires à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et rédige actuellement un mémoire de maîtrise en recherche-création, toujours à l’UQAM. Elle pratique l’écriture fragmentaire, les formes courtes. Selon Azucena Pelland, la poésie est « un moyen de s’habiter dans son corps et de se créer une maison dans le monde ».

Les opinions exprimées par les auteurs et autrices ne reflètent pas nécessairement celles de Radio-Canada. Certaines personnes pourraient s'offenser du contenu des textes. Veuillez noter que certains textes s'adressent à un public averti.

feu mer 


Flushe les cendres de ta mère. Ferme les yeux et imagine ta mère être propulsée dans les tuyaux jusqu’aux égouts, être rejetée dans le Saint-Laurent, se perdre le long du fleuve avant de rejoindre Gaspé, continuer son périple par le golfe entre Sainte-Barbe et L’Anse-au-Loup pour enfin rejoindre la mer du Labrador. C’est là que ta mère se dissout complètement, parmi les baleines à bosse.

tu l’aimes en repliée
au pays du grappillage de miettes
les prémices se prennent des gifles

ici, les enfants mordent
sous leur apparence de coquillage
ils ont l’épiderme tranchant des crustacés 

les fleurs au printemps ne remplaceront pas tous nos morts

*

Les mégots de cigarettes écrasés dans des cornets de crème molle. On a les yeux plissés devant le soleil qui se couche. Ta langue est pâteuse dans ma bouche ou c’est la nicotine qui me donne mal au cœur. Il n’y a pas de réconfort à monter sur les toits. Pas de culottes sous les couvertures en canicule. Je veux éteindre le téléphone et partir en vacances trois cent soixante-cinq jours par année.

*

j’ai vingt-trois ans et comme plusieurs
je vois déjà la trentaine arriver sans toutefois la redouter
en m’élançant vers elle à travers une vingtaine en accéléré 
je ferais tout pour m’éloigner encore plus de l’enfance

je rejoins les autres, on fait la fête en se soufflant à l’oreille, we’re here for a good time not a long time, tandis que mes fondations prennent l’eau, je m’enfonce à chaque pas de danse 

j’arriverai à trente ans six pieds sous terre 

*

Je voudrais qu’on m’emmène à la plage, au bord de la mer. Devenir fille de bourrasques de sel sur les joues. Partir à la recherche des derniers glaciers, une étreinte qui apaise les brûlures à coups de stalactites entre les cuisses.  

c’est cela la violence
elle m’éclate au visage dans toutes ses subtilités
elle me consume jusque dans mon intimité 

*

me débarrasser du leitmotiv du feu

tu me prends pour un punching bag
je ne sais plus comment reprendre mon corps

s’il faut que je brûle vive pour que tu me voies
c’est qu’il est trop tard pour me dire que tu m’aimes

les mots s’estompent 
telle la cendre sur un visage

*

ici, les filles n’ont pas de mères 
elles sont mortes en feu de forêt qui pogne trop vite

ici, les filles se chantent leurs propres berceuses 
elles se prennent dans leurs bras à défaut de se prendre en main 

on cherche à reconnaître une voix à l’intérieur des sillons vides de nos souvenirs ou des traits dans le rectangle de nos miroirs pour trouver une rampe après laquelle s’accrocher

être en mesure de dire d’où on vient sans tout le sel et la braise 


Découvrez les autres finalistes du Prix de poésie Radio-Canada 2020

Véritable tremplin pour les écrivaines et écrivains canadiens, les Prix de la création Radio-Canada sont ouverts à toute personne qui écrit, de façon amateur ou professionnelle. Ils récompensent chaque année les meilleurs récits (histoires vécues), nouvelles (fictions) et poèmes inédits soumis au concours.

Vous aussi, vous écrivez? Participez à nos prix de création!

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !