•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Nous nous ajustons » : Plante annonce le report d'une vingtaine de chantiers

La mairesse souhaite ainsi donner un peu de « répit » et de « stabilité » à la population montréalaise.

Des travaux et des cônes oranges dans une rue de Montréal.

Année après année, le cône orange demeure roi et maître de Montréal l'été venu.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Circuler dans la métropole sera peut-être un peu plus facile en 2021.

La mairesse Valérie Plante, qui avait promis cet été de revoir le calendrier des travaux de voirie de la Ville de Montréal, annonce le report d'une vingtaine de chantiers majeurs prévus l'an prochain.

Son plan a été présenté au comité exécutif (Nouvelle fenêtre) mercredi. Il prévoit l'annulation de travaux majeurs ou de travaux mineurs de longue durée sur 20 des 64 chantiers prévus en 2021 sur des artères comme Saint-Laurent, Frontenac, Guy, Saint-Joseph, Van Horne, Ottawa et William.

Leur report devait réduire de 41 % les impacts sur la circulation, selon les estimations de la Ville.

C'est une façon d'envoyer un signal que les grandes artères, les grandes rues utilisées pour entrer et sortir plus facilement, on veut autant que ce peut les sécuriser.

Valérie Plante, mairesse de Montréal

Ça ne veut pas dire qu'il n'y aura plus aucun cône orange, a prévenu la mairesse lors de la réunion du comité exécutif. Mais la revue en profondeur des travaux à venir a permis à son administration de se délester de plusieurs chantiers qui n'étaient pas urgents, a-t-elle expliqué.

Montréal est responsable d'environ 25 % des chantiers sur son territoire. Les autres sont encadrés par l'escouade mobilité et relèvent d'entreprises de services publics (Hydro-Québec, Bell, Énergir), de promoteurs privés ou d'organismes comme le MTQ ou la STM.

Des travaux ponctuels avec entraves mineures seront également permis, de même que les travaux qui étaient déjà en cours en 2020 et qui doivent se poursuivre en 2021.

« Nous nous ajustons »

Sur Twitter, la mairesse a expliqué que la population montréalaise [avait] besoin d’un répit et de stabilité. Je l’ai entendu et, comme promis, nous nous ajustons, a-t-elle écrit.

Mme Plante a également précisé que l'élu rosemontois Jocelyn Pauzé siègera dorénavant au comité exécutif à titre de conseiller associé aux services aux citoyens et à la gestion des chantiers. À ce titre, il aura pour mandat de s'assurer que ceux-ci roulent rondement et nuisent le moins possible à la population, a-t-elle spécifié par communiqué.

Je compte être régulièrement sur le terrain, faire des visites aussi des différents chantiers de la ville pour identifier s'il y a des endroits problématiques, des situations qui n'auraient pas lieu d'être, qui causent des entraves aux citoyens et qu'on peut régler rapidement, a déclaré le principal intéressé, qui en était mercredi à sa première réunion du comité exécutif.

Comme conseiller associé, M. Pauzé viendra prêter main-forte au responsable des infrastructures et de l’eau au comité exécutif, Sylvain Ouellet, et au responsable des services aux citoyens, Jean-François Parenteau.

Un enjeu pour les Montréalais

Cette sortie de la mairesse fait suite à la publication des résultats d'un sondage commandé par Radio-Canada, qui laisse entendre que la fluidité des transports, la congestion routière et la gestion de travaux routiers constituent un irritant de taille pour plusieurs Montréalais.

Par exemple, 60 % d'entre eux considèrent que la gestion de cet enjeu s'est détériorée depuis les élections de 2017, alors que seulement 5 % pensent le contraire.

Un Montréalais sur quatre estime en outre que la fluidité des transports, la congestion routière et la gestion de travaux routiers devraient être une priorité d'action pour l'administration.

« C'est un aveu d'échec »

L'opposition officielle à l'Hôtel de Ville estime de son côté que le report annoncé mercredi n'est rien de moins qu'une manœuvre électoraliste, un an avant les prochaines élections municipales. Le chef intérimaire d'Ensemble Montréal, Lionel Perez, signale que des travaux reportés pourraient au final coûter plus cher que prévu en cas de bris d'aqueduc ou d'égout.

La solution devrait être de mieux gérer, pas de ne pas gérer, fait-il valoir. C'est la solution Projet Montréal : comme on ne peut pas gérer autant de chantiers, eh bien on va en éliminer. C'est un aveu d'échec.

La solution proposée mercredi par l'administration Plante pourrait dans tous les cas lui permettre de sauver de précieux dollars, alors que la pandémie de COVID-19 a eu un impact important sur les revenus et les dépenses de la Ville de Montréal. Son budget 2021 sera d'ailleurs présenté le 12 novembre, a fait savoir la mairesse mercredi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !