•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coup d'envoi pour la version bêta de l'Internet spatial Starlink

Trois écrans de cellulaire montrant un aperçu de différentes pages de l'application Starlink.

L'application mobile Starlink peut maintenant être téléchargée sur Android et iOS.

Photo : Courtoisie SpaceX

Radio-Canada

Cette semaine marque une étape majeure pour SpaceX, alors que de premiers cobayes pourront tester la version bêta publique du réseau Internet spatial d’Elon Musk. Les personnes qui habitent Washington, le Wisconsin et l'Idaho, aux États-Unis, et qui ont souscrit à l’alerte sur la disponibilité du réseau ont été avisées par courriel lundi.

L’annonce tombe un peu plus d’une semaine après que le CRTC a octroyé une licence d'exploitation de service de télécommunication internationale de base (STIB) à Starlink au Canada. Mais pour pouvoir être opérationnel au pays, le réseau Starlink a besoin d’une licence supplémentaire pour ses satellites, accordée par Innovation, Sciences et Développement économique Canada (ISDE).

On ne sait donc pas quand exactement les Canadiens et Canadiennes pourront avoir accès au réseau. SpaceX assure toutefois que le pays est inscrit sur la liste des zones qui seront en service d'ici la fin de l'année. La couverture mondiale est quant à elle prévue pour l'année prochaine.

De nouveaux détails sur les coûts du service

Pour activer leur connexion, les personnes intéressées devront se procurer un coffret de démarrage vendu 499 dollars américains (664 dollars canadiens) qui comprend, entre autres, un trépied, un terminal et un routeur wi-fi.

Ces frais s’ajoutent aux 99 dollars américains (131 dollars canadiens) à débourser mensuellement pour le service Internet de base.

Les futurs utilisateurs et utilisatrices peuvent déjà télécharger l’application Starlink de SpaceX sur iOS et Android, qui détaille la marche à suivre pour se connecter au système.

Selon SpaceX, la vitesse de téléchargement devrait osciller entre 50 et 150 Mb/s pour commencer.

Ces internautes ne briseront toutefois pas la glace, car ces dernières semaines, SpaceX a commencé à déployer sa couverture dans certaines régions des États-Unis durement touchées par des incendies. Des personnes travaillant pour la compagnie ont aussi pu tester le réseau.

La société SpaceX prévoit déployer de 12 000 à 40 000 satellites Internet dans l’espace. On en compte environ 900 en orbite actuellement.

À lire aussi :

Avec les informations de Reuters, TechCrunch, et Engadget

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !