•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : la Ville d’Ottawa veut lutter contre le racisme envers la communauté asiatique

Un homme parle dans un micro, debout.

Le conseiller Rawlson King a proposé que la Ville d’Ottawa lance une campagne de sensibilisation pour lutter contre le racisme envers la communauté asiatique (archives).

Photo : Radio-Canada / Claudine Richard

Radio-Canada

La Ville d’Ottawa entend s’en prendre au racisme qui cible particulièrement les communautés d’origines asiatiques depuis le début de la pandémie.

Les élus le reconnaissent, le racisme à l’endroit des personnes d’origine asiatique s’est exacerbé avec la pandémie de COVID-19.

Selon des données recueillies par des groupes d'intérêt sino-canadiens, 600 incidents à caractère haineux à l’endroit de personnes d’ascendance asiatique auraient été recensés au Canada depuis le début de février 2020. Près de 40 % d’entre eux se seraient produits en Ontario et les femmes seraient particulièrement visées.

Avant que quelqu’un nous dise que ça n’arrive pas à Ottawa, laissez-moi vous dire que ça arrive. La police a indiqué qu’il y a eu au moins 14 incidents cette année de crime haineux, à cause des origines d’une personne. C’est une augmentation de 600 % et il a encore beaucoup plus de cas qui ne sont pas signalés, rapporte le conseiller Rawlson King qui siège au conseil d’administration de Prévention du crime Ottawa.

Il y a des gens qui ont suivi un couple asiatique dans une voiture en leur criant des injures. Il y a aussi eu un incident au Centre Rideau où l’agresseur a dit que de devoir porter un masque l’incitait à vouloir tuer un Asiatique.

Rawlson King, conseiller du quartier Rideau-Rockcliffe

Les élus de la Ville d’Ottawa se sont entendu, mercredi, pour lancer une vaste campagne afin de sensibiliser les résidents au racisme à l’endroit des personnes d’ascendance est-asiatique et les inciter à devenir des alliés de la cause.

Il y a de plus en plus de cas de racisme qui sont signalés, et ça a commencé au début de 2020 avec la COVID-19. En dépit de la déclaration de pandémie, ces populations sont toujours des cibles dans la ville. Certains craignent de sortir, même s’ils n’ont jamais été en Chine, a constaté le conseiller du quartier Rideau-Rockcliffe, Rawlson King.

Sharon Deng dirige le Centre de services communautaires chinois d'Ottawa. Sa famille est établie au Canada depuis maintenant deux générations. Pourtant, elle ne compte plus les fois où on lui a demandé d'où elle venait.

Près de 100 % des personnes d’origine chinoise ont déjà subi une forme de racisme, à Ottawa. On se fait parler de manière brusque, on se fait crier des noms, mais le racisme ne se manifeste pas seulement par des gestes explicites, rapporte-t-elle.

Sharon Deng dit appuyer la motion, tout en indiquant qu’il reste du travail en faire.

Nous reconnaissons qu’il y a une montée du racisme depuis le début de la pandémie. Nous dénonçons toutes formes de racisme et nous appuyons cette motion. Ce n’est pas la seule avenue pour enrayer le racisme, mais c’est un bon départ, a-t-elle déclaré.

En cours de discussion, les élus ont décidé d’étendre la portée de la motion.

On sait que la communauté japonaise aussi des difficultés. J’ai entendu des résidents coréens aussi qui ont vécu ce genre d’expérience. Alors je me demandais si au lieu de limiter cela à la communauté est-asiatique, on pouvait dire ; toutes minorités visibles, a proposé le conseiller du quartier Kanata-Sud, Allan Hubley.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !