•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'aréna et le centre récréatif de Témiscouata-sur-le-Lac trop coûteux pour ses opposants

Une modélisation du projet d'aréna à Témiscouata-sur-le-Lac.

Le projet d'un nouvel aréna à Témiscouata-sur-le-Lac pourrait remplacer l'aréna Phil-Latulippe (archives).

Photo : Ville de Témiscouata-sur-le-Lac

Radio-Canada

Les opposants au projet de construction d’un aréna et d'un centre récréatif à Témiscouata-sur-le-Lac jugent que le projet, tel qu’il est proposé actuellement, aura des impacts économiques négatifs pour plusieurs décennies sur les finances de la Ville et sur les contribuables.

La Ville doit contracter un emprunt de 21,5 millions de dollars pour mener à bien ce projet de construction sur deux adresses.

Les organisateurs du comité du « Non » craignent donc que le projet de construction ne fasse exploser l’endettement de la ville qui compte un peu moins de 5000 résidents.

Selon les estimations du comité, la dette de la Ville pourrait atteindre 25 millions de dollars, une situation qui pourrait compromettre l'attractivité de Témiscouata-sur-le-Lac, selon eux.

Une modélisation d'un bâtiment qui contient un gymnase.

Une modélisation de ce à quoi le futur centre récréatif de Notre-Dame-du-Lac pourrait ressembler. Ce projet doit remplacer l'aréna Jacques-Dubé.

Photo : Ville de Témiscouata-sur-le-Lac

Les organisateurs du comité redoutent aussi que le projet coûte, au final, plus cher que prévu en raison de dépassements de coûts.

Ils estiment également que le projet, s'il est accepté, entraînerait une augmentation importante du compte de taxe foncière.

De son côté, le maire de Témiscouata-sur-le-Lac, Gaétan Ouellet, a affirmé plus tôt cette semaine lors de la présentation de modélisations du projet d'aréna et de centre récréatif, que cette augmentation sur la facture des contribuables se chiffrerait à environ 39 $ pour une maison moyenne d'une valeur d'un peu plus de 160 000 $.

« Pas une guerre de clochers »

Les membres du comité du « Non » ne veulent pas que leurs actions soient interprétées comme une guerre de clochers entre les secteurs de Cabano et de Notre-Dame-du-Lac.

Présente lors de la conférence de presse offerte par le comité mercredi matin, la conseillère municipale, Annette Rousseau, s'est montrée plus incisive.

Elle a dénoncé ce qui lui apparaît être un manque de transparence de la part de la Ville dans ce dossier. Elle tient mordicus à défendre les intérêts de ses concitoyens.

L'extérieur de l'aréna Jacques-Dubé de Témiscouata-sur-le-Lac.

L'aréna Jacques-Dubé, du secteur Notre-Dame-du-Lac, doit être détruit en raison de la dégradation de son état et le centre récréatif qui pourrait le remplacer ne prévoit pas de patinoire (archives).

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Mme Rousseau a notamment affirmé qu'elle souhaitait que le secteur de Notre-Dame-du-Lac conserve un aréna, ce qui n'est pas prévu au projet de centre récréatif proposé pour ce quartier.

Un bon taux de participation espéré au référendum de novembre

Tout comme le maire l'a exprimé plus tôt cette semaine, les membres du comité du « Non » espèrent aussi que le taux de participation au référendum sera élevé.

Selon eux, une bonne participation permettra d’avoir l’heure juste dans ce dossier qui divise les résidents de Témiscouata-sur-le-Lac depuis quelques années.

Les citoyens de la ville sont donc appelés à se prononcer vers la mi-novembre, par la poste, à savoir s'ils acceptent ou non que la Ville contracte le règlement d'emprunt nécessaire au projet.

Ce projet prévoit la construction d'un nouvel aréna dans le secteur Cabano et d'un centre récréatif dans le secteur Notre-Dame-du-Lac.

Les résultats de ce référendum doivent être dévoilés le 29 novembre.

Avec les informations de Patrick Bergeron

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !