•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dépistage terminé chez Olymel : 114 cas de COVID-19 confirmés

Des employés d'Olymel au travail.

Des travailleurs sur le plancher de coupe d'Olymel (Archives)

Photo : Radio-Canada

Avec plus de 10 % des travailleurs infectés par la COVID-19, l’usine d’Olymel de Vallée-Jonction est surveillée de très près par la santé publique. Le dépistage massif a pris fin mercredi et jusqu'à présent, 114 cas ont été confirmés parmi les employés.

Si, ultimement, on ne règle pas la problématique infectieuse, il va peut-être falloir fermer un département ou l’usine dans sa totalité. On a le pouvoir de le faire , souligne le ministre du Travail, Jean Boulet.

Il estime toutefois toujours que, pour l’instant, c’est sous contrôle dans cette usine-là , notamment en raison du plan d’action extrêmement musclé mis en place dans les derniers jours à l’abattoir. En entrevue à l’émission Première heure, Jean Boulet a dressé une longue liste de mesures mises en place pour maîtriser l’éclosion qui prend de l’ampleur depuis une dizaine de jours.

Il cite notamment l’ajout d’infirmières pour évaluer les symptômes des employés, des agents de sécurité pour faire de la sensibilisation, l’ajout de sens unique et d’une période d’intervalle entre les quarts de travail pour éviter le croisement entre les équipes. Il y a un plan qui est vraiment global, qui est approuvé par la santé publique, la CNESST, la partie patronale, le syndicat, les travailleurs.

Bilan régional

Pour la première fois depuis le début de la deuxième vague, le plus récent bilan recense davantage de cas en Chaudière-Appalaches que dans la Capitale-Nationale, 85 contre 59. Sur la Rive-Nord, il s’agit d’ailleurs du meilleur bilan quotidien depuis le 17 septembre.

Le directeur de santé publique pour la Capitale-Nationale invite toutefois à la prudence avant de conclure à une tendance à la baisse des cas quotidiens. On ne peut pas apprécier à partir d'un seul résultat, mais chose certaine, c'est qu'il semble depuis deux semaines qu'on se retrouve dans une situation de stabilisation, souligne le Dr André Dontigny.

Un certain relâchement

De manière générale, et pas spécifiquement à l’usine Olymel, le ministre Boulet estime qu’il y a eu un certain relâchement, surtout dans les espaces communs, les cafétérias, les cours intérieures.

Près de la moitié des éclosions de COVID-19 de la province surviennent dans des milieux de travail et la santé publique a demandé aux inspecteurs de la CNESST de faire un blitz d’interventions. Ils doivent intervenir, faire de la pédagogie, rappeler aux employeurs et aux travailleurs l’importance de respecter le 2 m et de porter le masque.

Dans la semaine du 19 au 25 octobre, la CNESST a réalisé 415 interventions au Québec, dont 44 inspections dans la région de la Capitale-Nationale. Plus de 50 avis ont été remis à des entreprises pour qu'elles se conforment à toutes les mesures sanitaires en vigueur. Celles qui ne le font pas après un premier avertissement s'exposent à un constant d'infraction.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !