•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des cours de gymnastique en ligne pour maintenir l'intérêt chez Unigym

99 % des opérations du plus gros club au Québec sont à l'arrêt.

Une entraîneuse parle à des jeunes dans un cours de gymnastique.

De jeunes athlètes écoutent les consignes d'une entraîneuse lors d'un cours de gymnastique chez Unigym. ( Archives)

Photo : Facebook Unigym Gatineau

Le club de gymnastique Unigym se réinvente pour survivre à la pandémie. Forcé à l’arrêt presque complet de ses activités en raison des mesures sanitaires en zone rouge, le club lance une animation entièrement en ligne cette semaine. 

Des cours seront offerts sur le web pour faire bouger les jeunes et les initier tant bien que mal à la gymnastique. Unigym avait tenté l’expérience l’hiver dernier avec un certain succès. 

On veut quand même faire bouger notre petite enfance en pandémie. On a créé une série de huit capsules. La première sera diffusée samedi dans le cadre de l’Halloween, mentionne le directeur général Jean-Paul Caron. 

Une entraîneuse de gymnastique est déguisée pour l'Halloween dans un cours en ligne.

L'entraîneuse Katia Laroche a connu beaucoup de succès avec ses capsules en ligne le printemps dernier. Le premier cours en ligne cet automne sera sur le thème de l'Halloween.

Photo : Gracieuseté de Unigym

L’annulation des sessions de printemps et d’été a fait mal à Unigym qui a perdu une grande partie de ses membres cet automne.

On a reçu 40% moins d’inscriptions. Au Centre sportif, c’était même 50%. Si on repousse encore la session actuelle ça va vraiment avoir un impact parce que le volet récréatif c’est la locomotive financière de l’entreprise, c’est ce qui nourrit les autres programmes, poursuit M. Caron. 

Gymastique Québec est encore plus pessimiste. Les dirigeants sont sur un pied d’alerte et ne parlent plus d’une relance du sport mais plutôt d’une reconstruction. 

On perd les adultes, les jeunes entraîneurs et on va perdre les ados, de 12 à 16 ans. Le reste, c’est ce ui va rester dans le sport après la fenêtre, mentionne le directeur général Serge Castonguay. 

Deux soeurs lors d'un entraînement avec Unigym

De jeunes sœurs s'entraînent au Centre sportif de Gatineau.

Photo : Radio-Canada

Unigym parle d’un manque à gagner d’environ 200 000 $. Actuellement quelques dizaines d’athlètes en sports-études seulement sont autorisés à s’entraîner ce qui représente à peine 1 % des 7000  membres uniques du plus gros club de la province. 

Les volets compétitifs de soir et fin de semaine ont été annulés. C’est aussi une perte de revenus et des athlètes compétitifs vont être en pause pour au moins un mois et peut-être plus, souligne M. Caron. 

Les dirigeants d’Unigym espèrent que les nouvelles capsules virtuelles permettront de garder en vie l’intérêt pour la gymnastique au bas de la pyramide. Le club s’est associé à Moisson Outaouais qui recevra une partie des recettes générées par les cours en ligne.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !