•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Affaire McVety : des milliers de professeurs dénoncent la décision du gouvernement Ford

L'enseigne du Collège chrétien du Canada.

Le Collège chrétien du Canada a été fondé par le père de Charles McVety en 1967.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Des milliers de professeurs universitaires de l'Ontario, dont plusieurs d'universités chrétiennes et catholiques, signent 10 lettres pour dénoncer le projet de loi du gouvernement Ford qui permettrait au collège de Charles McVety, un leader religieux homophobe, d'être une université.

Le gouvernement de l'Ontario ne devrait pas accorder de privilèges d'accréditation et d'octroi de diplômes universitaires aux institutions qui ne respectent pas les principes antidiscriminatoires et anti-haines énoncés dans le Code des droits de la personne de l'Ontario.

Extrait d'une lettre signée par 1600 membres de l'Association des professeurs de l'Université York

Les associations de facultés de neuf universités, dont les universités Queen, York, Carleton, Waterloo et Wilfrid Laurier, ainsi que l'Union des associations de professeurs de l'Ontario, exhortent le ministre des Collèges et Universités Ross Romano de revenir sur sa décision.

Le gouvernement Ford continue de se défendre d'avoir accordé un traitement préférentiel à Charles McVety en permettant au Collège Chrétien du Canada de remettre des diplômes universitaires, à l’aide d’une législation qui vise pourtant à aider les petites entreprises à faire face à la COVID-19.

La discrétion du processus est alarmante, écrit Monique Lacroix, la présidente de l'Association des professeurs de l'Université Saint-Paul à Ottawa, et est d'autant plus entachée par le fait que M. McVety est un proche allié politique de Doug Ford et que le changement n'a pas été approuvé par la Commission d'évaluation de la qualité de l'éducation postsecondaire avant que le projet de loi ne soit proposé.

Le Collège Chrétien du Canada est fondamentalement ancré dans une vision du monde islamophobe, transphobe et homophobe, écrit la présidente de l'Association des professeurs de l'Université Brock, Michelle Webber.

Les associations s'entendent pour dire que si elle est adoptée, la loi aura pour effet de saper la qualité et l'accessibilité de l'éducation postsecondaire en Ontario, en mettant le Collège Chrétien du Canada sur le même pied d'égalité que les autres universités de la province.

Le collège ultraconservateur impose un code de conduite strict envers ses élèves et ses employés, et interdit notamment l'avortement, les relations sexuelles en dehors du mariage hétérosexuel et la danse sur le campus, sous peine de sanctions.

Lors de la période de questions mercredi, l'opposition a continué de talonner le gouvernement Ford sur le sujet. Nous continuerons de poser des questions jusqu'à ce que nous recevions des réponses. Le premier ministre livre un cadeau à un islamophobe, a lancé la porte-parole de l'opposition en matière de lutte contre le racisme, Laura Mae Lindo.

Il ne faut pas intervenir avec le processus de révision indépendant en cours, a répondu mardi la députée conservatrice Gila Martow. Le ministère prendra une décision après.

Le Collège chrétien du Canada semblait savoir depuis des mois que le gouvernement de Doug Ford planchait sur un projet de loi pour lui permettre d'être une université, selon des documents soumis à la Commission. Le projet de loi a été déposé avant que le processus de révision indépendante de la demande d'accréditation universitaire, qui est toujours en cours, ne soit complété.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !